Chiaravan – Espoir, Angoisses, Bonheur : la Maternité !

Une mère, une femme, des futilités mais aussi des sujets sérieux

La DME : un témoignage, une expérience !

8 Commentaires

Suite à vos nombreuses réactions sur cette méthode de diversification trop peu connue, j’ai décidé de creuser le sujet et de vous proposer des outils, des clés, mais surtout des témoignages de la « vraie vie » quant à sa mise en pratique.

J’ai eu la chance d’interviewer à ce sujet Totia, mère d’une Famille au pays des Merveilles, qui a choisi cette démarche à la maison !

Commence par nous dire quelques mots sur toi, qui es-tu ? Quel âge ont tes enfants ?
*
Anna (3ans) et Alice (9mois) sont mes deux petites filles. Je suis une maman qui travaille, j’essaye de concilier ma vie professionnelle et ma vie familiale. Ce n’est pas facile tous les jours, comme beaucoup de mamans j’ai peu de temps, mais je veux le meilleur pour toute ma petite famille. J’aimerai leur donner de bonnes habitudes et éveiller leur curiosité. 
*

Comment as-tu connu la DME ?

J’ai connu la DME par des chemins détournés. J’ai lu pour la première fois cette abréviation il y a 3 ans, lorsque j’étais enceinte d’Anna. 

Je me renseignais en fait sur les couches lavables. Un peu perdue dans ce monde étrange, je lisais des blogs de mamans utilisant les couches lavables, et d’articles en articles… j’ai découvert la DME. Je n’ai pas porté de jugement, je ne me suis pas particulièrement renseignée dans un premier temps, et puis du temps je pensais en avoir parce qu’elle n’était pas encore née. Ensuite après la naissance, j’ai envié le Babycook et j’ai sombré dans la consommation de cet appareil culinaire ainsi que dans les très beaux pots de conservation Béaba pour purées et compotes faites maison. Et puis avec la reprise de la vie quotidienne: travail, nounou, ménage… je crois même que j’avais oublié cette méthode de découverte alimentaire.
 
Lorsque j’étais enceinte d’Alice, j’avais déjà adopté dans ma vie des choix plus naturels au quotidien. Et puis au fil de la grossesse un projet d’accouchement à la maison s’est dessiné. 
Là encore c’est par ce chemin détourné que j’ai lu des articles concernant la DME. Plus curieuse je me suis renseignée via internet sur les avantages, inconvénients et de la façon de pratiquer.
*

Qu’est-ce qui t’a donné envie de l’appliquer ?

Ce qui m’a donné envie de l’appliquer c’est l’aspect naturel. Le fait de pouvoir proposer à l’enfant les vrais aliments, de pouvoir respecter le stade de son développement psychomoteur, de pouvoir l’aider à développer son autonomie, de respecter son rythme.
J’avais une crainte: peur que ce soit compliqué à mettre en place. 
*
Tu as procédé de manière classique avec ton ainée, comment cela s’est-il passé ? (quel âge pour débuter, comment tu as procédé, comment l’a t’elle accueilli ?)

Anna a effectivement été diversifiée de façon classique. Je voulais débuter (avec les conseils de son pédiatre) à l’âge de 6 mois. En réalité j’ai commencé un tout petit peu avant. J’étais à ce moment là en congés et j’ai profité de ce moment plus calme et où je passais des journées complètes à la maison pour pouvoir faire les purées et compotes maison. 
 
Anna n’a pratiquement jamais eu de petit pot industriel. Elle adorait les préparations maisons, et j’en étais très fière. Avec le travail, nous étions organisés à avoir un petit stock de purées/compotes au congélateur, mais elle avait aussi beaucoup de frais. 
J’ai veillé au calendrier d’introduction des aliments (ayant des antécédents familiaux d’allergies alimentaires) ; et je faisais très attention à ce que ses repas soient très variés. Pour nous également le repas est un moment de plaisir et de partage familial. Donc aucune pression. Et tout se passait à merveille.
Elle a goûté les morceaux vers l’âge de 8/9 mois il me semble, où peut être 10, je ne me souviens plus trop. Par contre je sais que nous avons eu des difficultés, elle triait dans sa bouche les petits morceaux et les recrachait, et nous avons mis quelque temps avant qu’elle ne puisse accepter les purées plus texturées. 
Lorsqu’elle a grandi nous avons favorisé son autonomie. Vers 14/15 mois elle mangeait ses purées seule. Et vers 18 mois elle n’avait plus besoin de bavoir. 
Ce qui est étrange c’est que je ne me souviens plus à partir de quand elle a partagé les mêmes repas que les nôtres. mais ça s’est fait progressivement. 
 
Aujourd’hui c’est une petite fille qui prend toujours du plaisir à être à table. Elle a des périodes difficiles où elle ne souhaite pas goûter de nouveaux aliments (un peu comme tous les enfants je pense). 
Ce qui me pose par contre réellement problème c’est qu’elle refuse de manger des crudités, ainsi que de nombreux fruits crus. 
*

La DME alors, comment cela s’est passé au tout début ? Comment les morceaux ont-ils étés appréhendés ?

Pour Alice je n’avais pas hâte de débuter la diversification. Je voulais qu’elle soit diversifiée par la DME, mais je ne connaissais personne qui pratique cette méthode, alors je ne savais pas trop comment faire « en vrai ». 
Quand elle avait 6 mois (toujours au sein exclusivement) j’étais convaincue qu’elle ne manquait de rien. Et puis j’ai eu besoin de rencontrer une consultante en lactation. Nous avons parlé diversification, je lui ai parlé de la DME et elle connaissait. J’ai pu poser des questions pratiques. 
Vers ses 6mois 1/2, Alice a goûté son premier aliment solide.
*
As-tu été guidée au quotidien, par ton pédiatre ou médecin, ou bien t’es-tu renseignée seulement via le web ou des livres ?

Je me suis principalement renseignée via internet. J’étais convaincue, j’allais débuter. Mais j’ai apprécié pouvoir en parler avec cette maman-consultante en lactation sur les quelques questions qui me restait. 
Je n’ai pas lu de livre sur le sujet. Je n’ai pas parlé de cette question avec le pédiatre.
*

As-tu eu des frayeurs ? fausse routes, violents haut-le-cœur etc ?

Non jamais, par contre je m’étais renseignée sur les risques et j’ai surtout trouvé des témoignages totalement rassurants sur ce sujet ; ainsi que de la documentation sur la physiologie de la déglutition, de l’enfant, et donc des recommandations de « bonnes pratiques » pour éviter les fausses routes.
Enfin elle a tout de même parfois toussé pendant le repas, mais elle gérait totalement la situation. 
*
Aujourd’hui, où en est ta fille avec la DME ?
*

Aujourd’hui j’utilise toujours la DME avec Alice. Je précise que mes exigences alimentaires n’ont pas baissé pour ma fille : toujours du fait maison, des produits frais, je respecte tout de même l’introduction des aliments (par rapport aux allergies familiales), enfin les mêmes souhaits que j’avais pour Anna.

Mais j’ai dit en début de cet interview que je suis une maman qui travaille. Mes filles sont donc gardées par une assistante maternelle. Lorsqu’elle prend ses repas en dehors de la maison, elle mange parfois des purées et des compotes, où parfois elle est en DME chez sa nounou aussi 🙂

Un petit exemple de ses repas à 9 mois lorsqu’elle est à la maison.
 
Petit déjeuner : 
– laitage : allaitement maternel au sein 
– un peu de féculents : morceau de pain, galette de céréales, (très très occasionnellement un biscuit) 
– parfois une petite portion de fruit si j’ai des petits fruits comme 1/2 abricot, quelques grains de raisin, (oui du raisin, et elle ne s’étouffe pas…) ou autre fruit de ce genre
Matinée : allaitement maternel à la demande. 
Repas de Midi : uniquement des morceaux
– légumes crus ou cuits (qui composent la grande majorité de son repas)
– un peu de féculents (pâtes, semoule, pommes de terre, riz, quinoa, …)
– un peu de protéines (viande pour l’instant, le poisson et les œufs viendront un peu plus tard pour elle. lorsque nous mangeons du poisson, elle fait un repas végétarien ! )
– fruits
– laitage: allaitement maternel. Mais elle a parfois un peu de fromage râpé, du fromage, et a aussi goûté au yaourt (mais je lui donne peu de yaourts pour privilégier l’allaitement)
Après midi : Allaitement maternel à la demande
Goûter : Fruits en morceaux ou parfois je lui donne une compote + allaitement maternel à la demande + un peu de féculents (pain où galette de céréales, ou très occasionnellement un petit biscuit)
Soirée : Allaitement maternel à la demande
Repas du soir :  Comme son repas de midi, mais les protéines en moins
Nuit : (à mon plus grand désespoir ! lol !) allaitement maternel à la demande ! 
*
Quels sont selon toi les avantages de la cette méthode ?

De trop nombreux, je pense que je vais en oublier! 

Pour Alice:
– la découverte des vrais aliments, de leur vraie couleur, de leur texture.
– le vrai goût : elle partage nos repas mais elle gère elle même son assiette : parfois elle fait ses mélanges en prenant tout a pleine main, parfois elle utilise son pouce et son index pour attraper précisément un aliment en particulier.
– je suis convaincue qu’il y a des bienfaits concernant sa santé : développement des gencives, de la force des mâchoires, habituer son estomac et ses intestins à digérer vraiment les aliments pour assimiler les nutriments
– un partage des repas familiaux en même temps que la famille et ne pas manger avant où après la famille
– l’autonomie : elle mange seule, elle même
– le respect de son rythme : elle est assise à table avec nous durant tout le repas, elle prend son temps pour manger, je ne suis pas avec la cuillère en main en train de penser à autre chose et à m’impatienter qu’elle ouvre la bouche.
– le respect de ses besoin: elle mange tant qu’elle veut manger et si elle s’arrête c’est qu’elle n’a plus faim. je ne contrôle pas un bol de purée en me disant elle n’a mangé qu’un tiers de purée, il faudra que je lui propose plus de compote au goûter… 
– l’aspect ludique : elle devient radieuse dés que je l’installe à table et observe avec grande attention tout le spectacle : mettre la nappe, voir le membres de la famille arriver et s’installer, et enfin le clou du spectacle: son assiette qui arrive !!!
 
Pour la famille:
– le partage des repas au complet
 
Pour moi:
– un vrai gain de temps !!
– la sensation d’offrir a ma fille des « cartes » pour son « avenir alimentaire »
 
Autres aspects: 
– c’est économique (aucune vaisselle bébé à acheter, … heu sauf que j’avais déjà tout en fait!…)
*

Parlons maintenant des inconvénients ?

Le premier : c’est trop peu connu. Dans la vie réelle (sans internet) je n’ai pas pu vraiment en parler à d’autres mamans avant de débuter. J’aurais peut être eu besoin d’astuces ou de petits conseils.

Le second : Quand j’en ai ensuite parlé autour de moi j’ai du faire face au regard critique de certaines personnes. Mais NON je n’essaie pas de tuer mon enfant. Et NON elle ne va pas avoir des carences. 

Le troisième : A la fin de chaque repas j’ai un bon nettoyage a faire de la table, ainsi que du sol. Cela dit, il ne faut pas croire qu’avec la diversification classique les sols et la table brillent après les repas !
*
Et si c’était à refaire ?
*

Si c’était à refaire, je reviendrai 3 ans en arrière pour offrir à Anna ces découvertes.

Une interview super complète, un immense MERCI Totia de m’avoir accordé autant de temps ! Cela donne vraiment envie de tenter je trouve 😉

Publicités

8 réflexions sur “La DME : un témoignage, une expérience !

  1. Merci pour cette super interview très complète ! Ca m’intéresse de plus en plus ! Sauf qu’effectivement, la réaction de l’entourage ne doit pas être toujours évidente !

    J'aime

    • Oui c’est sûr, c’est pour cela que je trouve bien de pouvoir lire des expériences réelles pour se faire son opinion et éventuellement « oser » le faire malgré le regard des autres 😉

      J'aime

  2. Mais de rien, j’ai aimé répondre à tes questions, et si ça peut aider…

    J'aime

  3. Super témoignage, en plus du tien !
    Honnêtement, ça me tente de plus en plus..

    J'aime

  4. Pingback: La DME en pratique | Espoir, Angoisses, Bonheur... la Maternité !

  5. Merci pour cet article très complet et à la maman qui s’ est prêtée au jeu de l’ interview : décidément, il faut qu’ on saute le pas avec Evy, TOUT dans son comportement quand nous sommes à table me montre que cette méthode lui conviendrait à merveille. Il faut juste que je réussisse à me débarrasser de ces peurs qui visiblement n’ ont pas lieu d’ être ( fausse route, étouffement…)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s