Chiaravan – Espoir, Angoisses, Bonheur : la Maternité !

Une mère, une femme, des futilités mais aussi des sujets sérieux


1 commentaire

Deux ans…

Deux ans. Incroyable. Chouchou devient aujourd’hui, officiellement, un petit garçon, un bambin ! L’heure pour moi, après quelques mois d’activité plus que réduite sur le blog, de vous dresser un petit bilan.

Depuis ses premiers jours, nous suivons les préceptes de l’éducation bienveillante. Je vous ai déjà parlé des notions de réservoir affectif et d’écoute empathique. Jamais, jamais, je n’ai dit à mon fils « ce n’est rien » quand il pleurait. Jamais je ne lui ai dit quelque chose du genre « c’est bien fait ». Jamais je ne l’ai menacé. Et évidemment, chez nous, personne ne tape personne, sous aucun prétexte. Adulte, enfant, chien, chat. Pire encore, nous ne lui disons jamais NON.

Quel laxisme !

Que nenni ma bonne dame. Je suis plus sournoise maligne que cela 😉 Nous ne lui disons jamais non. Mais il ne vit pas dans un environnement dépourvu de règles pour autant ! Je sais contourner les choses. Il veut à tout prix faire une bêtise. Au lieu de dire non, j’attire son attention sur autre chose « ooh et si tu allais plutôt faire un câlin à Gros Chat / chercher Nounours / coller des gommettes ? » Et cela marche, vraiment.

Il ne veut pas ranger. Je lui explique que tant qu’il n’aura pas rangé, il ne passera pas à autre chose, et que pour faire vite ce qu’il veut il est préférable de vite tout ranger ! Ça marche aussi. Mais ce qui marche du tonnerre ? LA question qui le fait réfléchir, qui fait appel à son sens logique : « Comment pourrais-tu faire pour que le caddie soit plein de tous les jouets qui sont au sol ? » Il réfléchit une demi-seconde. Et prend, lui-même, l’initiative de tout ranger. Et cela le rend tellement fier : il l’a fait tout seul.

Et quand vraiment il faut arrêter le carnage, c’est le STOP que j’emploie (oui oui, comme dans l’éducation canine que j’emploie depuis toujours, ben quoi ?)

Nous avons sauté à pieds joints dans cette sainte période de terrible two il ya quelques mois déjà, je dirais même depuis ses 18 mois. Et pourtant, je le vis très bien.

Le terrible Two

On en frémit rien qu’à son évocation. Mais je crois que tout est question de perception. Evidemment, si je prends toutes ses sautes d’humeur et ses crises de pleurs pour (contre !) moi, je ne peux que me braquer moi aussi et perdre patience ! J’ai une autre approche. Je sais à quoi correspond cette période. Je sais le tsunami d’émotions qui le submerge. Cette envie de faire tout seul, mais sans en avoir encore les pleines capacités. Cette envie de dire tellement de choses que je vois bien que les paroles vont plus vite dans son cerveau que ce qu’elles ne sortent dans son langage. C’est dur à vivre pour ces petits êtres. Ils ont envie de prouver, de se prouver, qu’ils existent à part entière. Leurs NON incessants sont leur seule façon de nous montrer qu’ils ont leur propre libre-arbitre. Je crois qu’en ayant conscience de tout cela, on gère beaucoup mieux ces moments délicats.

Quand il me dit non, ou s’oppose, si ce n’est rien de grave je dis « OK » et on passe à autre chose. Et du coup il fait ce que je lui ai demandé instantanément. Si c’est une consigne non négociable du genre « tu vas ranger tes affaires », j’essaie de limiter sa possibilité : « Préfères-tu ranger seul, ou avec moi ? » Il a, là encore, la sensation de faire ses propres choix et j’essuie ainsi un peu moins de non…

Vivre avec un enfant en terrible two, c’est un peu vivre avec un schizophrène. Un soir « Mamaaaan t’aime très fort, t’aimerai toujouuuurs ! » et le lendemain « Maman PAS BELLE ! » puis quelques minutes après « Petit caliiiin Mamaaaan » Si, Si. On s’y fait ! Tsunami je t’ai dit.

L’approche Montessori

Ces derniers temps je mets de plus en plus d’activités Montessori en place. Cartes de nomenclature, éveil des sens, découpage, jeux ludiques avec les couleurs… Il est très appliqué et curieux. J’ai remarqué que ce type d’activité parvient à le canaliser, lui d’ordinaire si speed. Ces quelques moments de calme l’aident à s’apaiser, chaque jour un peu plus, et toujours dans la découverte des choses de la vie. J’aime tout particulièrement cette pédagogie, axée essentiellement sur le « apprends-moi à faire seul ».

Un puzzle animaux marins, dont on fait le parallèle avec les photos du petit livre : associations et réflexion. Je double avec des cartes de nomenclature.

Lui, et ses deux ans, en quelques anecdotes

  • Ses crises ne durent jamais plus de 10 secondes. Jamais.

    Un petit livre photo de SON histoire. Je le recommande ! C’est super pour lui de découvrir d’où il vient !

  • Il fait des tonnes de bisous et câlins.
  • Il est toujours allaité et on KIFFE !
  • Il lit, lit, lit….
  • Il est très poli, bien que je n’aie jamais insisté lourdement sur ce point.
  • Il reconnait sa droite et sa gauche après une seule fois ou je lui ai dit.
  • Il épelle son prénom et nom de famille depuis ses 18 mois et reconnaît beaucoup de lettres de l’alphabet.
  • Il peut découper pendant des heures, assis à table, des images de magasines, des petites chutes de papier… Avec ses petits ciseaux de maternelle il est très fier de pouvoir tout gérer seul.
  • Il voue une passion à la peinture.
  • Il est à fond dans l’imaginaire depuis 2 bons mois. Ainsi nous buvons du thé factice, il passe des heures à réparer les roues de ses véhicules ou à leur faire le plein d’essence.
  • Très proche des animaux, il donne les croquettes aux chiens et aux chats, les brosse, les serre de toutes ses forces contre lui.
  • Il fait la lessive presque tout seul et passe l’aspirateur.
  • C’est un Terminator du dodo de journée. Parfois il reste éveillé de 7h30 à 20h30-21h. Il se gère et s’aménage des périodes de repos, vautré sur le canapé au calme.
  • Il adore préparer le repas, et manger. Quand je lui demande ce qui lui ferait plaisir comme plat, il peut me répondre qu’il a envie de pois cassés ou de brocolis.

Chou frisé sauté aux oignons, baies de goji, graines de sésame et sauce soja, accompagnés de pois cassés… Yummy !!

  • Notre balade dominicale à trois est primordiale. Une heure de tricycle durant lesquelles nous observons la nature, les tracteurs, les champs, le ruisseau… Joie de vivre à la campagne.
  • Très possessif, il n’a pas envie de décrocher sa puéricultrice préférée à la crèche et fait des crises quand elle s’occupe d’autres enfants. A l’inverse, à la maison il ne se montre pas du tout jaloux des autres, enfants ou adultes. Il est par contre très demandeur, d’attention, d’amour…

Bref, un enfant plein de joie de vivre, toujours aussi intense depuis ses tous premiers jours, beaucoup de bonheur aussi au quotidien. Je suis fière de partager chaque moment de sa vie, chacune de ses expériences. C’est un régal de le voir évoluer.

Rendez-vous sur Hellocoton !


2 Commentaires

Le butin de Noël d’un Loulou de presque deux ans

Bonjour chers lecteurs !

Pour vous faire digérer tous ces mets que vous avez engloutis ces derniers jours, je vous propose un petit tour d’horizon des cadeaux que Chouchou a reçus… Histoire de vous donner des idées pour le prochain anniversaire 😉

Un tableau pour dessiner, écrire, peindre… Devenir artiste quoi ! Ou conférencier… au choix…

Vraiment super, je l’ai choisi après comparatif, il a tout ce que je souhaitais : hauteur réglable, dérouleur de papier maintenu par une réglette magnétique, cotés ardoise et aimanté, petite tablette pratique avec pas mal de rangements… Il adore !

Un Monsieur Patate

Franchement, je n’imaginais qu’il aurait un tel succès ! Nous avons commencé par le petit modèle pour voir, et il se passionne pour sa patate ! Prochain achat, le gros 😉

Son propre PC

Famille de geeks, il était l’objet incontournable à lui offrir pour faire comme nous… Ces derniers temps il adore « travailler » sur Word comme Maman !

 

Un tracteur Playmobil


Un super établi

je ne compte déjà plus les heures qu’il a passé à visser et dévisser toute la maison, même les chats y ont droit ! Super cadeau qui le passionne.

Roy des Robocar Poli

Son premier petit parfum à lui

Alors là… Passion de pré-ado (mouahaha) il voulait absolument mettre du parfum depuis quelques temps.. alors plutôt que de piquer l’aftershave de Papy autant lui offrir le sien ! Il est ravi quand je lui mets son pschiiit sur les vêtements.

Des livres, toujours des livres

Chouchou raffole toujours autant des livres de la collection P’tit Garçon donc nous complétons au fur et à mesure !

 

En vrac il a aussi eu un camion de pompier, deux même, un super tracteur avec sa remorque, un gros monster truck, quelques vêtements, une moto… Je crois que j’en oublie !

Et vous, quoi de nouveau pour vos loulous ?
Si vous manquez d’idées faites un tour sur les meilleures ventes d’Amazon; moi j’achèterais tout…

 


4 Commentaires

Facile et ludique : la pâte à modeler Maison

Tu me connais maintenant cher Lecteur, et tu sais que chez nous on est plutôt branché Bio et Naturel. Donc quand j’ai eu envie de faire découvrir la pâte à modeler à Chouchou, je n’ai bien sûr pas été très motivée par les pots de pâte du commerce. Et puis, pourquoi acheter un produit tout fait quand on peut le réaliser très facilement à la maison ?

La recette est super simple, et c’est top à préparer avec l’enfant, en se servant d’un verre comme mesure :

  • Trois mesures de farine
  • Une mesure de sel
  • Une mesure d’eau
  • 2 cuillerées à soupe de fécule de maïs
  • 1 cuillerée à soupe d’huile

Tu mets tout ça dans un saladier, et… hop, on patouille ! Normalement l’enfant va adorer mettre ses doigts dans cette mixture pour la transformer en pâte 😉

PATOUILLE

Pour plus de sécurité, j’ai mis de l’eau au fur et à mesure histoire de ne pas prendre le risque de noyer la pâte. Ainsi on obtient facilement la consistance requise.

PATOUILLE3Ensuite on passe à l’étape que l’enfant préfère : la coloration.

Ici, deux options : les colorants alimentaires du commerce, ou des naturels type curcuma, harissa cannelle etc. J’ai choisi les colorants liquides traditionnels de pâtisserie, pour obtenir des couleurs chatoyantes et plus ludiques pour la découverte. Tu sais, les trois petits tubes que tu trouves au rayon gâteaux de ton supermarché, à 1 euros et quelque ? Pas besoin d’aller plus loin.

Nous avons séparé la pâte en trois boules, et ajouté toujours en patouillant les gouttes de colorant, jusqu’à l’obtention des couleurs souhaitées. Nous voici avec trois belles boules : jaune, bleue et rose (pas le courage de mettre le tube de colorant rouge entier pour obtenir un vrai rouge !)

A partir de là, en avant la découverte et les expériences : en mélangeant ces trois couleurs on a découvert que le bleu et le rose donnent du violet, ou du vert si mélangé avec le jaune, et ainsi de suite. On a aussi fait des boules, des boudins, des arc-en-ciel et plus encore !

PATE1 pate4

Je ne vois à cette activité que des avantages : la manipulation canalise l’enfant, il découvre de nouvelles textures avec la farine, le sel et l’eau, puis avec le colorant un peu huileux qu’il faut bien mélanger à la pâte. Il continue son apprentissage des couleurs et découvre l’incidence des mélanges dans la création de nouvelles teintes. Il réalise que l’on peut faire plein de choses sympas à la maison avec trois fois rien, sans forcément acheter encore et toujours. Mention supplémentaire pour le côté naturel, en particulier si votre Loulou met tout à la bouche !

PATE2

Une fois l’activité terminée, il suffit de stocker la pâte dans une boite hermétique et hop, au frigo. Elle se conserve quelques semaines pour jouer à volonté au gré des envies de la famille !

Bref, ici on adhère à 100% ; et toi, à la maison, tu as déjà testé ?

PATE3

 


2 Commentaires

Gros Barbu, tu ne passeras pas par chez nous !

Et oui ! Un billet dans l’air du temps en décembre… Attention, surprise ! Je vais vous parler de… Noël. Et plus précisément du Père Noël et du gros sujet qui déchire les familles en ce mois de la Nativité : « faire croire » ou non à ce sympathique (ou pas) bonhomme, qui apporte les plus beaux cadeaux aux enfants sages (chantage bonjour)

Un peu d’histoire…

Le Père Noël apparait en 1821 dans un conte pour la première fois, et est illustré en 1863 tel un gentil bonhomme ventripotent et barbu , vêtu de rouge et accompagné de ses rennes. Et c’est Coca-Cola qui l’a démocratisé en 1931 pour une publicité ! Voilà pour planter le décor. A la base, rappelons que Noël est une fête chrétienne, le 25 décembre à minuit c’est avant tout la Nativité, la naissance de ce bon petit Jésus. Au départ ils n’ont pas été très contents les chrétiens puis bon, tout ce petit monde cohabite depuis lors.

santa coca

Mon rapport à Noël

Tout d’abord, je dois reconnaître que je n’ai jamais été une grande fan de Noël ; petite c’était chouette de se retrouver en famille, autour de la table de mes grands-parents et des superbes plats de ma grand-mère. Ma famille est chrétienne et mes grands-parents avaient une grande foi ; Noël voulait vraiment dire quelque chose alors. Mes parents m’ont laissée croire au Père Noël puisque c’est la tradition mais sans appuyer dessus. Je ne me souviens pas avoir entendu que ce dernier allait m’apporter mes jouets par exemple. Très vite mon esprit de Sherlock Holmes a bien compris qu’il y avait baleine sous gravillon : à cinq ans le coup de « va faire un bisou à Papy et Mamy » et POUF les cadeaux apparaissent : cela n’a plus marché ! Oust cette histoire pour moi. Début 2003, à dix-huit ans j’ai perdu mes grands-parents et ma famille n’a alors plus fêté Noël le 25 Décembre mais le 24 au soir. Le 25, c’était vraiment pour eux et on leur a gardé ce jour. Plus envie.

Bref. Tous les ans à Noël j’ai envie de prendre dix jours de vacances et revenir le 2 janvier ! On m’avait dit qu’avec un enfant la « Magie de Noël » s’emparerait de moi.

Non.

Je suis ravie bien sur de partager ces moments en famille ! Mais rentrer dans tout le folklore Père Noël c’est non. La magie ne se résume pas à cela. Nous avons fait notre calendrier de l’Avent tous les deux avec Chouchou, nous avons peint, décoré le sapin en bois et ses 24 tiroirs. Je lui expliqué ce que représente l’Avent et ce que l’on fête le 25 Décembre. Il a un livre de gommettes qui lui explique : Jésus, Marie, Joseph, l’âne et le bœuf, les Rois Mages etc. Cela fait partie de la culture de notre famille, tout simplement. Est-ce que tout cela, ce n’est pas déjà magique ?

creche

Pourquoi nous avons choisi de ne pas faire croire au Père Noël à Chouchou

Plein de raisons. Je ferais tout d’abord un parallèle avec l’éducation bienveillante : comment apprendre à notre enfant à ne pas taper si les sévices corporels ont cours sous notre toit ? Ici, nous raisonnons de la même manière : nous n’avons, si Gros Papou ni moi, envie de mentir à notre fils pour lui répéter ensuite que mentir c’est mal. Alors, bien sûr, vous me direz que ce n’est pas un mensonge, c’est juste mettre un peu de magie dans le quotidien, voir ses petits yeux émerveillés… mais en me plaçant à la hauteur de mon enfant, non, moi ce que je vois c’est que nous jouerions de sa crédulité et se confiance aveugle envers nous. « On y a cru et on n’en est pas mort. » Bien sûr que non ! Mais nous n’avons pas envie de mentir à notre fils, point 🙂 Je préfère de loin qu’il ait conscience des choses. Et puis pardon, mais Dieu merci la magie de Noël ne se résume pas à cela !
Ensuite, je n’ai pas envie de rentrer dans cette surconsommation sociétale : des hommes à la barbe blanche déguisés partout pour faire des photos à 15 euros de certains bébés ou enfants qui hurlent de peur (poke Julia), des montagnes de cadeaux que l’enfant considère comme un dû… Ou pire, les « si tu n’es pas sage Papa Noël ne t’apportera rien »… Tellement loin de notre philosophie !

pere noel

Et ce n’est pas moi qui le dis, c’est Maria Montessori !

Ma mère a grandi en apprenant que si les gens se faisaient des cadeaux à Noël, c’était pour fêter la Naissance de Jésus qui était un grand bonheur. Et j’ai eu le coup de foudre pour cette version. Je la trouve mignonne, attachante, juste connotée ce qu’il faut pour la croyante que je suis. Elle transmet à notre fils les valeurs qui nous conviennent : faire des cadeaux pour faire plaisir et pas juste parce qu’il le faut.

Ensuite, si notre fils sait d’où proviennent ses cadeaux, il prend mieux conscience de la valeur des choses, de la notion d’offrir et de recevoir, de remercier. Du haut de ses 21 mois, quand il joue avec des jouets que je lui ai offerts en revenant des courses il me dit toujours « cadeau maman », de même avec les peluches que sa Tatie lui a offerts, ou les nombreux jouets que Mamy et Papy lui remettent juste comme ça, pour faire plaisir. Ces cadeaux le rapprochent des personnes qui les lui ont offerts, il pense à eux quand il s’en sert. Il apprend que pour faire des cadeaux, il faut donner de sa personne : même pour lui, lorsqu’il m’offre tout fier ses créations du jour, qu’elle soient peinture, coloriage ou gommettes. Et que le merci en retour fait chaud au cœur.

Et puis franchement, JE mérite que l’enfant sache que c’est MOI qui me suis tapée des heures de shopping et de marée noire humaine dans la jungle des rayons jouets, tout cela pour revenir crevée (et ruinée) à la maison avec les pieds en sang et des blessures partout (comment ça j’exagère ?!)

achats-de-noel-c-est-la-cohue-10600428dfahp

Comment on va faire ?

Et oui, la pression sociale pousse à la croyance au Père Noël. A la crèche, Chouchou a fait sa lettre en découpant les photos des jouets qui lui plaisaient. En ce moment même, le Père Noël leur rend visite. Comment ne pas se faire emporter par l’entourage ?

Nous lui avons expliqué que le Père Noël fait partie d’un conte, au même titre que tous les personnages du Pays des Rêves, des animaux qui parlent et tout ce que l’on peut imaginer à la maison. Il existe donc pour ceux qui ont envie d’y croire. Nous verrons l’année prochaine comment il perçoit tout ceci et, comme toujours, nous nous adapterons 😉


Poster un commentaire

Belle découverte d’une photographe Grossesse et Enfants à Marseille : Babybulles

Les photos, chez nous, c’est un peu une seconde nature : je suis modèle amateur depuis dix ans, l’Homme et moi nous sommes rencontrés dans l’optique d’un projet photo, l’une de mes plus proches amies est photographe… Bref les shoots font partie de notre quotidien et l’Enfant n’y échappe pas : pris en photo dès ses trois semaines par Tatie Caillette la photographe, puis à deux mois et demi… Tout naturellement, quand j’ai eu vent de l’existence de Malika de Babybulles, l’envie de la découvrir m’a immédiatement taraudée. Les images aperçues sur sa page Facebook m’ont plu : fraîches et pas « gnangnan », prises sur le vif dans des mises en scène naturelles.

Et quelle jolie surprise ! Babybulles est une toute jeune entreprise, Malika est passionnée et cela se ressent. Elle-même maman de deux très beaux petits garçons, elle a la « fibre », la patience, l’expérience, sait comment fonctionnent les enfants et se met en quatre pour parvenir à saisir leurs sourires, leurs éclats de rire, leurs moments câlins…

Sa patience, je ne peux que la saluer car ce matin-là, Chouchou n’était clairement pas disposé à jouer le jeu : grognon, koala, chouineur… Mais, pas de montre, pas de pression, pas de stress, bien au contraire : jouets, douceur, changements de situation… Malika a tout mis en œuvre pour le dérider et le mettre en confiance ! Non sans mal, nous avons fini par avoir une série mignonne comme tout.babybulles1

Je m’étais conditionnée à ne pas obtenir de clichés transcendants de cette séance dans les jours à venir. Je n’étais pas déçue pour autant car j’ai rencontré en la personne de Malika une jeune femme agréable et bienveillante (et Dieu que cela fait du bien). Alors, quelle ne fût pas ma surprise, trois heures seulement après le shoot, d’apercevoir des images de mon Loulou qui m’ont donné envie de le croquer !

En plus de son talent pour capter l’instant, elle est professionnelle, à l’écoute même dans la sélection des photos, et tellement rapide ! J’ai été très agréablement surprise du résultat.

Babybulles, c’est des séances bébé, enfant, ado et grossesse, mais aussi des opérations spéciales, notamment « ballons magiques », concept adorable. Une super idée de son cru : « voir grandir son enfant », plusieurs séances sur l’année avec le récapitulatif dans un livre photo : extra !

Et comme en plus Malika est super sympa, elle vous propose des tarifs extrêmement abordables pour immortaliser la bouille de vos loulous : des formules pour tous budgets :

– Séance à 39 euros : 1 photo (1 agrandissement + 4 tirages de la même photo)
– Séance à 99 euros : 5 photos (fichiers numériques + 1 agrandissement + 10 tirages)
– Séance à 229 euros : la totalité des photos
sur Cd personnalisé avec 1 agrandissement + 2 mini-books ou 15 tirages
;;;
;;

Vous l’aurez compris, je suis fan. Et je suis sûre que vous voulez en voir plus ! Alors foncez sur le site de Babybulles ou la page facebook pour découvrir le reste du travail de Malika !


Poster un commentaire

Wish List de l’Enfant

Je ne sais pas vous, mais je ne peux m’empêcher de trouver toujours de nouvelles idées à offrir à notre Loulou ! Voici donc un petit tour d’horizon en fonction de ce qui l’attire ces temps-ci : le dessin sous toutes ses formes et la propreté (il passe son temps à me dire « pipi, pot ! »)

L’Aquadoodle : Un tapis ingénieux et évolutif pour dessiner sans tacher et apprendre l’alphabet. Le crayon magique se remplit avec de l’eau et permet de dessiner et de recopier les lettres à l’infini : au bout de quelques minutes, l’eau s’évapore, le tracé disparaît… Et l’on peut recommencer à l’infini ! Vu que ces jours-ci, l’Enfant décore allègrement notre carrelage… je pense que ce sera pas mal ! Vous le trouverez sur Amazon. Je prendrai aussi deux stylos supplémentaires car un seul est fourni.

Un tableau double-face

C’est vrai qu’il est encore un peu petit mais en regard du nombre d’heures quotidiennes qu’il passe à dessiner et à nous montrer, je pense que le côté tableau d’école lui plairait. Côté magnétique pour maintenant, et craie pour plus tard 🙂

 


Un nouveau pot

Il a pour le moment un pot tout simple, que nous avions acheté pour le familiariser surtout, mais depuis dix jours il demande sans cesse son pot et tire sur sa couche, elle le gène beaucoup. Après quelques pipis victorieux je pense que de vraies toilettes lui seront encore plus sympathiques ! J’ai flashé sur le Pot Royal, dont l’assise pourra se transformer en réducteur de toilettes, et une fois fermé il sert aussi de marche-pied. Puis la couronne quoi 🙂 J’aime beaucoup le design et il ne coûte pas un bras non plus (quoique).

Dans la même idée, un petit urinoir à ventouses à fixer sur le mur de notre salle de bain. C’est vrai qu’il veut toujours essayer de faire pipi debout dans son pot, comme son Gros Papou. Alors pour un si petit prix cela peut valoir le coup !

J’en aurais encore beaucoup à ajouter : des tut tut bolides, des livres, de la peinture… mais j’essaie de rester concise pour le moment !


9 Commentaires

Ces expressions qui me hérissent

Des remarques plus ou moins bien-pensantes, il y en aura toujours, j’en avais déjà parlé ici, mais il en est qui sont tellement violentes ou idiotes à mes yeux qu’elles méritaient bien un article dédié. On y va ?

Tu ne le forces pas à dormir ? Ben non, on peut forcer quelqu’un à beaucoup de choses, mais alors, dormir, vraiment pas  ! S’il n’a pas sommeil il ne dort pas et c’est tout. Quand tu as envie de lire ou regarder la télé, est-ce que je te fous dans le noir enfermé dans ton lit ?

Où cela s’est vu d’allaiter encore à cet âge ? Lève tes œillères et regarde autour de toi. L’allaitement est recommandé par l’OMS jusqu’à deux ans minimum voire plus. Et je ne parle pas uniquement des pays africains et en voie de développement, non, mais tout particulièrement du Canada par exemple, où l’allaitement d’un bambin est complètement NORMAL. Et oui. Mais ça, il faut avoir envie de se renseigner pour le savoir…

allaitementbambin

Vous voulez le faire grandir trop vite. Ô grand jamais ! Je savoure trop chaque instant. Nous répondons simplement à ses questions. Nous dessinons ou regardons un livre et il me montre les formes d’un air interrogatif, je devrais lui répondre sur un ton débile « non mon bébé c’est pas pour les bébés c’est caca, tu sauras quand tu seras graaannd ! » ? Et bien non. Il me pose une question, je lui réponds. Il me montre une forme, je la nomme. Pas plus bête.

C’est rien ! Imaginez une seconde. Vous perdez un être cher, décès, rupture, vous perdez votre travail, votre maison. Truc grave quoi. Vous voyez quelqu’un, qui plus est une personne proche, vous rétorquer ça ? Et bien pour l’enfant c’est pareil. Un enfant ne relativise pas. S’il pleure de désespoir ou de douleur ce n’est pas feint, ce n’est pas surjoué. Vous savez ce que l’on gagne à dire « c’est rien » ? et bien l’enfant pleure trois fois plus fort et plus longtemps. Et vous savez pourquoi ? Parce qu’il a l’impression de devoir légitimer ses larmes auprès de vous. Alors qu’en accueillant ses émotions « je sais, je comprends » les pleurs cessent en trois secondes. Testé, validé, approuvé depuis 18 mois ! Je n’ai pas dit une seule fois cette phrase à Chouchou.

Arrête tes caprices/ ton cinéma : voir ci-dessus.

Arrête de pleurer comme un bébé/une fille : rebelote, avec en plus la notion de blocage des émotions : je préfère enseigner à notre fils comment évacuer sainement ses émotions plutôt que de les retenir. Car elles finiront bien par péter…

Tu es nul/bête/méchant/vilain : voilà un jugement de valeur, pris en pleine face par la personne qu’il aime le plus, vous, son parent. Cela peut ruiner le début de sa confiance en lui ! Il n’est pas nul/bête/méchant/vilain. Ses actions en revanche, peuvent l’être (et encore, à employer avec parcimonie.) Genre : c’est méchant de taper ! Et pas Tu es méchant de me taper ! Ce n’est pas grand chose, mais cela change tout. Dans « tu es méchant » l’enfant comprend « je ne t’aime plus »…. cela fait réfléchir non ?

Je vais t’en coller une : je ne crois même pas devoir m’expliquer sur celle-ci…

Tu me saoules/gonfles/énerves : ni celle-là !

jeletue

C’est pas normal qu’il n’ait pas de sucette : et c’est normal qu’il en ait une à quatre ans ? Où est la normalité ?

C’est pas normal qu’il n’aime pas la poussette : mais chacun voit midi à sa porte enfin ! Il hurle dans une poussette et est ravi dans son tricycle. Je fais quoi, je le fais hurler ou on passe tous une bonne journée ? C’est tout vu pour moi. Et si tu allais voir ailleurs, ce qu’il s’y passe ?

Pourquoi il ne mange pas de purées ? Et toi ?

Mais c’est sale de le laisser jouer avec les chiens/au sol : ben chez nous c’est ainsi. Les bienfaits point de vue immunité ne sont plus à démontrer.

Il devrait pouvoir dormir partout. Tu y parviens, toi ?

On veut le garder mais ne l’avoir que pour nous : ben…. refaites un gosse. Adoptez. Ou un chien tiens !

J’en aurais encore beaucoup comme ça…. mais je vous laisse le soin de rajouter les vôtres, je suis sûre que nous avons de quoi faire un beau florilège !

Alors… à vous !

Rendez-vous sur Hellocoton !