Chiaravan – Espoir, Angoisses, Bonheur : la Maternité !

Une mère, une femme, des futilités mais aussi des sujets sérieux


Poster un commentaire

De l’organisation dans le congel’ !

Cher lectorat qui commencez à me connaître, vous savez que je prépare les repas du Loulou moi-même en choisissant majoritairement du bio, et les quelques fois où je lui donne des pots tous prêts ce sont des pots Bio (dont je parlerai sans doute bientôt). Enfin ceci est valable pour les plats, car pour les compotes celles du commerce éclipsent le fait-maison (ingrat !)

Bref, étant très loin de Bree Van de Kamp (quoi ? cela ne vous dit rien ? mais siiii, la jolie rousse de Desperate Housewives tirée à quatre épingles et qui cuisine parfaitement tout en tenant une maison irréprochable ! Fin de la parenthèse pseudo « culturelle ») je n’allais tout de même pas « m’amuser » à cuisiner tous les jours ! Mon côté carré ayant pris le dessus, j’ai mis au point une petite organisation que j’apprécie beaucoup, et qui est extrêmement simple à mettre en place !

Bree_Van_Der_Kamp

Il ne vous faudra que peu de choses :

  • des légumes au retour du marché ou des courses
  • un peu de temps
  • des pots (pots de conservation type Avent ou bien petits pots de verre recyclés)
  • un marqueur indélébile et un crayon à papier
  • un petit bristol

Voici comment je procède :

  • Je numérote mes pots au marqueur
  • J’établis une fiche bristol avec une ligne par numéro
  • Je jette dans mon Thermomix d’Amour les légumes et je programme la cuisson
  • Un coup de mixeur
  • Je répartis la purée ou les légumes émincés dans les pots
  • Les pots refroidis prennent leur place dans le tiroir du congélateur
  • Je mets à jour ma fiche : composition, date de mise en pot
  • Et chaque jour je choisis le menu facilement !

POTS

Je réalise plusieurs saveurs, à chaque fois 6 à 8 repas de la même recette sont ainsi congelés, soit une semaine d’avance. j’ai actuellement près d’une quarantaine de menus ainsi à disposition ! Au quotidien je décongèle cette base de légumes, et y ajoute quelques féculents et source de protéine ainsi qu’un filet d’huile d’olive. En moins de cinq minutes nous pouvons passer à table 😉

Un extrait de la fiche aimantée sur le frigo

Un extrait de la fiche aimantée sur le frigo

Et chez vous ? Quels sont vos trucs et astuces pour vous faciliter la vie ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités


4 Commentaires

Ce que mange un Loulou de dix mois

On se demande souvent si l’on va au bon rythme, si c’est le bon moment pour introduire certains types d’aliments… S’il faut ajouter un dessert le midi, ou bien mettre en place un vrai repas le soir… Ici, pas de prise de tête, je vais au feeling selon ses envies, les miennes, et les opportunités ! Loulou adore la découverte et je ne l’ai encore jamais vu refuser un aliment… (croisons les doigts que cela dure !)

Petit tour d’horizon de son quotidien…

Le matin, au réveil, grosse tétée dans le lit, tranquilles, c’est notre moment câlins bisous et jeux !

Puis, pendant que je prépare mon p’tit dej, c’est un bib de jus de fruits pour lui, le plus souvent pruneau ou raisin, et très rarement un biscuit s’il en a envie. Mais en général il a surtout envie de vite aller jouer !

Une petite tétouille à l’heure de la sieste, pas toujours, parfois trois ou quatre gorgées, parfois pas du tout…

Le midi, Gargantua est de sortie ! Son plat de base : légumes (toujours un mélange, minimum trois, et au mieux quatre ou cinq), protéine animale ou végétale, céréale ou légumineuse, huile d’olive, plein d’aromates (herbes de Provence, ail, échalote, basilic etc), parfois un yaourt en dessert mais c’est très épisodique, puis il pioche systématiquement dans mon assiette et mange ainsi absolument comme moi (dès que je prends ma fourchette il s’agite et rit, au moins c’est clair !) lentilles, graines germées, légumes sautés, pain et fromage (il raffole absolument du comté comme moi et en mange une belle lamelle chaque jour ou presque), plats cuisinés type couscous, chili, pot au feu, gratins…  Je complète par une petite tétée si besoin.

MENU

Un exemple de ce qu’il peut partager avec moi : dhal de lentilles corail

Au gouter il se jette sur une compote (tous fruits sauf fraise car allergies familiales et très exotiques) avec éventuellement un yaourt (quand je ne suis pas là) mais bientôt je pense varier avec des pommes au four, clafoutis sans sucre et autres variantes. S’il a grande faim il croque parfois un biscuit mais son péché mignon est une tranche de pain complet toastée et tartinée de margarine fondante ! Une tétée aussi dans l’après-midi.

MENU2

Pâtes et ratatouille

Et puis le soir nous maintenons notre grosse tétée, comme pour tout je le suivrai quand il manifestera l’envie d’un vrai repas..

Et chez toi, comment cela se passe t’il ?

Rendez-vous sur Hellocoton !


4 Commentaires

Petits Biscuits pour Bébé

Mon Loulou est bien diversifié (pas seulement en DME finalement mais aussi avec des plats plus classiques car moins salissants, j’avoue !) Pas de purées car il n’aime pas : il lui faut des morceaux ! Bref, j’en reparlerai très vite. Ce qui nous intéresse aujourd’hui, sont les petits biscuits que je lui ai concoctés.

J’ai voulu pouvoir lui proposer autre chose que son sempiternel quignon de pain (qu’il adore cependant ! jamais de pain blanc mais complet, de campagne etc.) en particulier au goûter pour agrémenter ses fruits. Mais aucune envie d’utiliser des produits du commerce : ma conviction reste de pouvoir contrôler ce que je lui sers, et surtout à cet âge je ne veux pas le gaver de goût sucré !

apres-cuisson

Mon Graal : pas de lait autre que le mien, pas de yaourt, pas trop de sucre, pas de beurre, pas de blanc d’œuf pour le moment… Je me suis donc inspirée de nombreuses recettes glanées sur le web pour faire un test qui, pour le moment, s’avère concluant !

Pour ces petits biscuits il vous faut : ingrédients

  • 230g de farine (semi-complète Bio pour ma part)
  • 125ml de lait (le mien donc, tiré quelques heures auparavant, mais bien évidemment un lait de vache classique est parfait !)
  • 30g d’huile d’olive Bio
  • 2 jaunes d’œuf (Bio aussi)
  • 20g de sucre de canne blond (et… Bio lol)
  • Une cuillerée à soupe d’eau de fleur d’oranger

Préchauffez votre four à 180° le temps de préparer la pâte.

Mélangez tous les ingrédients ensemble au fur et à mesure, vous devez obtenir une consistance de pâte à sablés (quitte à rajouter un peu de farine.)

Etalez ensuite au rouleau et, armé de l’emporte-pièce de votre choix, passez à la découpe ! (j’ai trouvé mon emporte-pièce dans un lot ludique d’un petit magasin type Gifi ou Tati)

pate

Enfournez les sablés sur papier sulfurisé pour 20-25 minutes (à surveiller) Une fois refroidis, stockez-les dans une boîte en métal au sec.

boite

Le test de notre gastronome

Ces biscuits offrent une bonne prise en main. Le goût sucré est très léger, mélangé au parfum de l’huile d’olive et de la fleur d’oranger (cela sentait les navettes à la maison !) Doudou les a tout de suite adoptés ! Ils se cassent cependant facilement au lieu d’être friables : je pense plutôt les émietter dans sa compote ou son lait…

test

Variantes

Vous pouvez choisir de varier les parfums en utilisant vanille, cannelle, cardamome, gingembre, quatre-épices, ou bien carrément en supprimant le sucre pour en faire des crackers au basilic, herbes de provence, fromage pourquoi pas… les possibilités sont quasi infinies !

Prochain test : les boudoirs 😉

test-2

Testeur satisfait !

Rendez-vous sur Hellocoton !


2 Commentaires

La DME en pratique

Ce sujet ayant intéressé nombre de mon lectorat chéri, je continue à creuser le sujet. Maintenant vous savez ce qu’est la DME et vous avez pu découvrir les impressions et le recul d’une super maman ici.

Je vais tenter de synthétiser les questions qui reviennent le plus et vous apporter mon avis et mon expérience avec la DME, concrètement.

– On dit qu’il faut débuter la DME quand l’enfant est prêt, mais comment sait-on que c’est le moment ?

Physiologiquement, l’enfant doit pouvoir tenir assis seul. Certains, pratiquant la motricité libre, attendent même qu’il trouve la position assise seul, ce qui peut s’avérer plus long (mais le lait étant la base de l’alimentation jusqu’à un an, rien ne presse dans l’absolu…) Il doit être capable de saisir des objets (et donc les aliments) et les porter à sa bouche, seul. C’est ce qui assurera qu’il est prêt à gérer les morceaux et recracher ce qui ne passerait pas.

Bébé doit aussi montrer de l’intérêt pour les aliments : typiquement, mon Loulou veut tout tester dès qu’il me voit porter quelque chose à ma bouche, y compris mon mug de café ou un verre d’eau ! Quand votre enfant tente de saisir le contenu de votre assiette ou vous regarde d’un air alléché quand vous mangez… vous pouvez y aller !
p
Concentration extrême

Concentration extrême dans la saisie de brocolis et carottes

– Pour éviter les fausses routes la DME doit être principalement proposée aux enfants qui sont allaités par rapport à la physiologie de déglutition, mais mon bébé va avoir des biberons, aura t’il toujours ce réflexe nauséeux ? // Mon bébé est biberonné, puis-je tenter ?

On dit en effet que les bébés allaités auront les mâchoires plus musclées et que cela facilitera la mastication même sans dents des aliments, et la poussée vers la gorge. Mais rien de bloquant si bébé boit au biberon ! Dans tous les cas, on ne laisse pas un enfant manger sans surveillance.

– J’ai très peur de la fausse route !

On conseille, surtout dans les débuts, de donner une tétée (ou un biberon) avant de proposer des aliments. Cela permettra de faciliter le réflexe nauséeux si un morceau passe mal : bébé régurgitera plus facilement si son petit estomac contient déjà du lait. Les fausses routes demeurent très rares.
p

– Ma nounou ne voudra jamais tester la DME, si on utilise plusieurs méthode il ne va pas être perdu mon bébé ?

On peut tout à fait proposer à la fois des morceaux, des purées et compotes si Bébé les accepte facilement. Par contre, une fois qu’il a goûté aux morceaux, il est apparemment assez fréquent qu’il dédaigne les purées (on pourrait faire un parallèle avec la confusion sein-tétine par exemple).
p
"Chuis trop fort !"

« Chuis trop fort ! Les courgettes c’est la vie ! »

– J’ai commencé la diversification par des purées, je peux attaquer la DME alors que Bébé a 7, 9 mois ou plus ?

Pas de souci pour mixer DME et purées/compotes, par contre il faut de gros morceaux, au moins la taille de son poing, de façon à ce qu’il les saisisse seul et qu’il puise suçoter/grignoter ce qui dépasse. Avec le temps il gérera de mieux en mieux et réussira à manger même ce qui reste dans sa main. Pour la viande en particulier, plutôt de gros morceaux qu’il va suçoter, puis ce qui fonctionne bien quand la préhension est acquise, c’est carrément la viande hachée.

– La DME je suis convaincue, mais comment je m’en sors vis à vis des regards de la famille, du pédiatre ?

Le coup classique : dire à la famille que le pédiatre est d’accord, et dire au pédiatre ce qu’il mange… sans préciser sous forme mixée ou solide 😉 Sinon, essayer d’expliquer tous les points que nous avons vus… Mais si les oreilles restent hermétiques.. N’insistez pas et écoutez-vous et votre enfant ! J’ai la chance d’avoir trouvé une pédiatre qui me suit dans mes idées et qui m’accompagne parfaitement !
p

– Je veux tester la DME, j’ai vu qu’en fait on propose les mêmes repas à bébé, mais concrètement je fais quoi? c’est grave si les légumes ont cuit en sauce? 

Au départ on suit le schéma d’introduction classique : légumes cuits vapeur etc. Mais à partir de 8-9 mois la plupart des parents adeptes de la DME proposent effectivement les mêmes poêlées de légumes qu’au reste de la famille, et les mêmes plats de pâtes, viandes… Et puis, si ce n’est déjà le cas, cette pratique incitera toute la famille à être plus attentive à son équilibre alimentaire !
p

– En pratique je sais qu’il y aura du ménage, mais une astuce pour limiter la casse ?

Placer une toile cirée sous Bébé, se munir de grands bavoirs-tabliers à manches longues, prier, avoir un chien-aspirateur !
p
Après l'assaut

Après l’assaut

– J’ai peur que bébé ne manque de légumes parce qu’au début il va juste téter et peu manger non ?

Au départ en effet il pourra ne consommer que peu de choses, mais le lait, comme précisé en début d’article, reste l’aliment principal au cours des douze premiers mois ! Donc pas de stress, laissez votre enfant avancer à son rythme 😉
p

– Au départ, je fais quoi ? je propose quoi ? les premières fois ça donne quoi ?

Chez nous, on commence donc par une petite tétée, histoire d’apaiser son appétit et prévenir les fausses routes comme décrit plus haut. Nous en sommes au tout début donc juste légumes le midi et un peu de fruits, et parfois fruits au goûter, pour le moment.
Bébé est assis dans sa chaise haute et mange à côté de nous, je dispose ses aliments à même son plateau pour l’instant, puis ce sera  dans une assiette à ventouse par la suite.

Les légumes sont cuits vapeur et proposés tièdes, en gros tronçons, ou crus. Il faut résister à l’envie d’aider Bébé à porter les aliments à la bouche, le laisser se débrouiller, et ne pas verser de larme à la vue de la purée collante qu’il met partout sur lui et le sol !

Dans la DME on conseille de tout lui présenter à la fois : légumes, fruits, viande/poisson, fromage, féculents.. et c’est Bébé qui choisit l’ordre et les mélanges, mais ça, à chacun de voir comment on veut procéder 😉

Petit panel de courgette, tomate et pomme granny

Petit panel de courgette, tomate et pomme Granny

Les fruits peuvent se donner aussi bien crus que cuits, cela ne fera pas de tort aux petites dents qui le tarabustent ! Il parvient tout de même à apprécier sa pomme et la mâchouille longuement malgré sa dureté.

La pomme Granny, c'est la vie !

La pomme Granny, c’est la vie ! et on voit le restant de peau de tomate.

Quand il commence à montrer des signes d’impatience ou de fatigue, pas de stress : on arrête tout, peu importe ce qu’il a ou non mangé. Le repas doit rester un plaisir !

Ai-je répondu à vos questions ?

Je reviendrai sur notre évolution lors d’un point d’ici un mois !

Rendez-vous sur Hellocoton !


4 Commentaires

Les jus de Fruits et Légumes

Comme j’en parlais ici j’ai choisi de faire découvrir les goûts à mon Loulou via des jus. D’autant plus par cette chaleur, il adore et a déjà bien compris que lors du repas du midi, il a un truc sympa à boire en plus des légumes en morceaux à expérimenter. Tout d’abord à la cuillère (une cuillère classique à dessert, en inox) puis carrément au verre comme les grands pour les dernières gorgées (mimétisme, quand tu nous tiens)

jus-de-carottes

mmmhhh un bon jus bien frais !

Je trouve que c’est une autre façon de faire découvrir les goûts tout en l’hydratant, c’est frais et en cette saison, le top !

Je réalise les jus avec une centrifugeuse. La meilleure tactique ? Préparer un bon demi-litre de jus minimum, et le congeler dans des bacs à glaçons. Ainsi, je peux mixer les saveurs en réalisant des cocktails, et gagner énormément de temps au quotidien !

Des glaçons de concombre

Des glaçons de concombre

Pensez aussi à la récup quand elle est possible : par exemple un kilo de carottes centrifugées me donne un demi-litre de jus… et je récupère la chair pour la recycler en cake 😉

Il peut goûter le même fruit ou légume en solide puis jus au cours du même repas, ou mixer un peu les saveurs 😉

Un petit cocktail Carotte/Concombre qu'il adore

Un petit cocktail Carotte/Concombre qu’il adore

Quelques idées à tester et à mélanger :

  • Carotte
  • Concombre
  • Haricots verts
  • Fenouil
  • Betterave
  • Radis
  • Tomate
  • Pastèque
  • Poire
  • Pomme
  • Melon
  • Raisin
  • Pêche
  • Abricot
  • Orange
  • Prune

Le moment venu, hop ! Un glaçon de chaque, et on laisse dégeler tranquillement… Il adore boire bien frais 😉 Libre à vous, au fur et à mesure du temps, d’enrichir et varier les plaisirs, en ajoutant basilic ou persil par exemple.

Très grand succès à la maison, c’est super ludique (je ne lui donne pas ses jus au biberon, mais à la cuillère ou au verre, pour qu’il « apprenne » les différentes possibilités.) Il s’éclate et se jette dessus chaque jour !

BEBE-JUS-CAROTTES

Y’en a puuuuu !

Et vous ? Avez-vous déjà essayé ?

Rendez-vous sur Hellocoton !


8 Commentaires

La DME : un témoignage, une expérience !

Suite à vos nombreuses réactions sur cette méthode de diversification trop peu connue, j’ai décidé de creuser le sujet et de vous proposer des outils, des clés, mais surtout des témoignages de la « vraie vie » quant à sa mise en pratique.

J’ai eu la chance d’interviewer à ce sujet Totia, mère d’une Famille au pays des Merveilles, qui a choisi cette démarche à la maison !

Commence par nous dire quelques mots sur toi, qui es-tu ? Quel âge ont tes enfants ?
*
Anna (3ans) et Alice (9mois) sont mes deux petites filles. Je suis une maman qui travaille, j’essaye de concilier ma vie professionnelle et ma vie familiale. Ce n’est pas facile tous les jours, comme beaucoup de mamans j’ai peu de temps, mais je veux le meilleur pour toute ma petite famille. J’aimerai leur donner de bonnes habitudes et éveiller leur curiosité. 
*

Comment as-tu connu la DME ?

J’ai connu la DME par des chemins détournés. J’ai lu pour la première fois cette abréviation il y a 3 ans, lorsque j’étais enceinte d’Anna. 

Je me renseignais en fait sur les couches lavables. Un peu perdue dans ce monde étrange, je lisais des blogs de mamans utilisant les couches lavables, et d’articles en articles… j’ai découvert la DME. Je n’ai pas porté de jugement, je ne me suis pas particulièrement renseignée dans un premier temps, et puis du temps je pensais en avoir parce qu’elle n’était pas encore née. Ensuite après la naissance, j’ai envié le Babycook et j’ai sombré dans la consommation de cet appareil culinaire ainsi que dans les très beaux pots de conservation Béaba pour purées et compotes faites maison. Et puis avec la reprise de la vie quotidienne: travail, nounou, ménage… je crois même que j’avais oublié cette méthode de découverte alimentaire.
 
Lorsque j’étais enceinte d’Alice, j’avais déjà adopté dans ma vie des choix plus naturels au quotidien. Et puis au fil de la grossesse un projet d’accouchement à la maison s’est dessiné. 
Là encore c’est par ce chemin détourné que j’ai lu des articles concernant la DME. Plus curieuse je me suis renseignée via internet sur les avantages, inconvénients et de la façon de pratiquer.
*

Qu’est-ce qui t’a donné envie de l’appliquer ?

Ce qui m’a donné envie de l’appliquer c’est l’aspect naturel. Le fait de pouvoir proposer à l’enfant les vrais aliments, de pouvoir respecter le stade de son développement psychomoteur, de pouvoir l’aider à développer son autonomie, de respecter son rythme.
J’avais une crainte: peur que ce soit compliqué à mettre en place. 
*
Tu as procédé de manière classique avec ton ainée, comment cela s’est-il passé ? (quel âge pour débuter, comment tu as procédé, comment l’a t’elle accueilli ?)

Anna a effectivement été diversifiée de façon classique. Je voulais débuter (avec les conseils de son pédiatre) à l’âge de 6 mois. En réalité j’ai commencé un tout petit peu avant. J’étais à ce moment là en congés et j’ai profité de ce moment plus calme et où je passais des journées complètes à la maison pour pouvoir faire les purées et compotes maison. 
 
Anna n’a pratiquement jamais eu de petit pot industriel. Elle adorait les préparations maisons, et j’en étais très fière. Avec le travail, nous étions organisés à avoir un petit stock de purées/compotes au congélateur, mais elle avait aussi beaucoup de frais. 
J’ai veillé au calendrier d’introduction des aliments (ayant des antécédents familiaux d’allergies alimentaires) ; et je faisais très attention à ce que ses repas soient très variés. Pour nous également le repas est un moment de plaisir et de partage familial. Donc aucune pression. Et tout se passait à merveille.
Elle a goûté les morceaux vers l’âge de 8/9 mois il me semble, où peut être 10, je ne me souviens plus trop. Par contre je sais que nous avons eu des difficultés, elle triait dans sa bouche les petits morceaux et les recrachait, et nous avons mis quelque temps avant qu’elle ne puisse accepter les purées plus texturées. 
Lorsqu’elle a grandi nous avons favorisé son autonomie. Vers 14/15 mois elle mangeait ses purées seule. Et vers 18 mois elle n’avait plus besoin de bavoir. 
Ce qui est étrange c’est que je ne me souviens plus à partir de quand elle a partagé les mêmes repas que les nôtres. mais ça s’est fait progressivement. 
 
Aujourd’hui c’est une petite fille qui prend toujours du plaisir à être à table. Elle a des périodes difficiles où elle ne souhaite pas goûter de nouveaux aliments (un peu comme tous les enfants je pense). 
Ce qui me pose par contre réellement problème c’est qu’elle refuse de manger des crudités, ainsi que de nombreux fruits crus. 
*

La DME alors, comment cela s’est passé au tout début ? Comment les morceaux ont-ils étés appréhendés ?

Pour Alice je n’avais pas hâte de débuter la diversification. Je voulais qu’elle soit diversifiée par la DME, mais je ne connaissais personne qui pratique cette méthode, alors je ne savais pas trop comment faire « en vrai ». 
Quand elle avait 6 mois (toujours au sein exclusivement) j’étais convaincue qu’elle ne manquait de rien. Et puis j’ai eu besoin de rencontrer une consultante en lactation. Nous avons parlé diversification, je lui ai parlé de la DME et elle connaissait. J’ai pu poser des questions pratiques. 
Vers ses 6mois 1/2, Alice a goûté son premier aliment solide.
*
As-tu été guidée au quotidien, par ton pédiatre ou médecin, ou bien t’es-tu renseignée seulement via le web ou des livres ?

Je me suis principalement renseignée via internet. J’étais convaincue, j’allais débuter. Mais j’ai apprécié pouvoir en parler avec cette maman-consultante en lactation sur les quelques questions qui me restait. 
Je n’ai pas lu de livre sur le sujet. Je n’ai pas parlé de cette question avec le pédiatre.
*

As-tu eu des frayeurs ? fausse routes, violents haut-le-cœur etc ?

Non jamais, par contre je m’étais renseignée sur les risques et j’ai surtout trouvé des témoignages totalement rassurants sur ce sujet ; ainsi que de la documentation sur la physiologie de la déglutition, de l’enfant, et donc des recommandations de « bonnes pratiques » pour éviter les fausses routes.
Enfin elle a tout de même parfois toussé pendant le repas, mais elle gérait totalement la situation. 
*
Aujourd’hui, où en est ta fille avec la DME ?
*

Aujourd’hui j’utilise toujours la DME avec Alice. Je précise que mes exigences alimentaires n’ont pas baissé pour ma fille : toujours du fait maison, des produits frais, je respecte tout de même l’introduction des aliments (par rapport aux allergies familiales), enfin les mêmes souhaits que j’avais pour Anna.

Mais j’ai dit en début de cet interview que je suis une maman qui travaille. Mes filles sont donc gardées par une assistante maternelle. Lorsqu’elle prend ses repas en dehors de la maison, elle mange parfois des purées et des compotes, où parfois elle est en DME chez sa nounou aussi 🙂

Un petit exemple de ses repas à 9 mois lorsqu’elle est à la maison.
 
Petit déjeuner : 
– laitage : allaitement maternel au sein 
– un peu de féculents : morceau de pain, galette de céréales, (très très occasionnellement un biscuit) 
– parfois une petite portion de fruit si j’ai des petits fruits comme 1/2 abricot, quelques grains de raisin, (oui du raisin, et elle ne s’étouffe pas…) ou autre fruit de ce genre
Matinée : allaitement maternel à la demande. 
Repas de Midi : uniquement des morceaux
– légumes crus ou cuits (qui composent la grande majorité de son repas)
– un peu de féculents (pâtes, semoule, pommes de terre, riz, quinoa, …)
– un peu de protéines (viande pour l’instant, le poisson et les œufs viendront un peu plus tard pour elle. lorsque nous mangeons du poisson, elle fait un repas végétarien ! )
– fruits
– laitage: allaitement maternel. Mais elle a parfois un peu de fromage râpé, du fromage, et a aussi goûté au yaourt (mais je lui donne peu de yaourts pour privilégier l’allaitement)
Après midi : Allaitement maternel à la demande
Goûter : Fruits en morceaux ou parfois je lui donne une compote + allaitement maternel à la demande + un peu de féculents (pain où galette de céréales, ou très occasionnellement un petit biscuit)
Soirée : Allaitement maternel à la demande
Repas du soir :  Comme son repas de midi, mais les protéines en moins
Nuit : (à mon plus grand désespoir ! lol !) allaitement maternel à la demande ! 
*
Quels sont selon toi les avantages de la cette méthode ?

De trop nombreux, je pense que je vais en oublier! 

Pour Alice:
– la découverte des vrais aliments, de leur vraie couleur, de leur texture.
– le vrai goût : elle partage nos repas mais elle gère elle même son assiette : parfois elle fait ses mélanges en prenant tout a pleine main, parfois elle utilise son pouce et son index pour attraper précisément un aliment en particulier.
– je suis convaincue qu’il y a des bienfaits concernant sa santé : développement des gencives, de la force des mâchoires, habituer son estomac et ses intestins à digérer vraiment les aliments pour assimiler les nutriments
– un partage des repas familiaux en même temps que la famille et ne pas manger avant où après la famille
– l’autonomie : elle mange seule, elle même
– le respect de son rythme : elle est assise à table avec nous durant tout le repas, elle prend son temps pour manger, je ne suis pas avec la cuillère en main en train de penser à autre chose et à m’impatienter qu’elle ouvre la bouche.
– le respect de ses besoin: elle mange tant qu’elle veut manger et si elle s’arrête c’est qu’elle n’a plus faim. je ne contrôle pas un bol de purée en me disant elle n’a mangé qu’un tiers de purée, il faudra que je lui propose plus de compote au goûter… 
– l’aspect ludique : elle devient radieuse dés que je l’installe à table et observe avec grande attention tout le spectacle : mettre la nappe, voir le membres de la famille arriver et s’installer, et enfin le clou du spectacle: son assiette qui arrive !!!
 
Pour la famille:
– le partage des repas au complet
 
Pour moi:
– un vrai gain de temps !!
– la sensation d’offrir a ma fille des « cartes » pour son « avenir alimentaire »
 
Autres aspects: 
– c’est économique (aucune vaisselle bébé à acheter, … heu sauf que j’avais déjà tout en fait!…)
*

Parlons maintenant des inconvénients ?

Le premier : c’est trop peu connu. Dans la vie réelle (sans internet) je n’ai pas pu vraiment en parler à d’autres mamans avant de débuter. J’aurais peut être eu besoin d’astuces ou de petits conseils.

Le second : Quand j’en ai ensuite parlé autour de moi j’ai du faire face au regard critique de certaines personnes. Mais NON je n’essaie pas de tuer mon enfant. Et NON elle ne va pas avoir des carences. 

Le troisième : A la fin de chaque repas j’ai un bon nettoyage a faire de la table, ainsi que du sol. Cela dit, il ne faut pas croire qu’avec la diversification classique les sols et la table brillent après les repas !
*
Et si c’était à refaire ?
*

Si c’était à refaire, je reviendrai 3 ans en arrière pour offrir à Anna ces découvertes.

Une interview super complète, un immense MERCI Totia de m’avoir accordé autant de temps ! Cela donne vraiment envie de tenter je trouve 😉


23 Commentaires

La Diversification Menée par l’Enfant

Dès le début de ma grossesse, le premier trimestre passé, je me suis beaucoup documentée sur les choix que j’avais faits : l’allaitement en tout premier lieu, puis la diversification. Je n’avais nullement envie du schéma classique de purées et compotes à la cuillère. Non pas que je dénigre les gens qui choisissent cette solution ô combien répandue, loin de là ! J’avais simplement envie de faire de la découverte des saveurs un moment ludique pour mon bébé : pourquoi lui proposer des purées, quand on peut lui montrer la multitude de textures, odeurs, couleurs et saveurs de ce monde ? Mon passé de troubles du comportement alimentaire a sans doute joué dans cette décision : j’avais envie que mon Loulou découvre par lui-même, sans frustration ou pression, à son rythme (une expression qui revient très souvent dans mon discours…)

La DME, c’est quoi ?

L’idée est de respecter l’autonomie de l’enfant en lui proposant des aliments entiers, sous forme de bâtonnets, en gros morceaux, cuits ou crus, de la taille de sa main environ. Il mange comme il en a envie : fruits, légumes, viandes, poissons, féculents etc.

Cette méthode est idéale pour les enfants encore allaités , car ceux-ci travaillent leurs mâchoires en tétant et parviendront mieux à pousser les aliments contre le palais , mais peut bien sûr tout de même servir à tous.

Il est recommandé d’attendre que l’enfant se tienne droit assis, vers environ 6 mois donc, et qu’il montre de l’intérêt pour la nourriture.
Cela permet à Bébé de partager les repas de la famille, d’exercer sa motricité fine en apprenant à saisir ses aliments, apprendre à mastiquer, éveiller sa curiosité…

S’il sait se tenir assis, il est capable de ne pas avaler de travers ou du moins, de tousser ou avoir un haut-le-coeur en cas de problème. Et la position assise bien droit est aussi nécessaire pour éviter ce problème. Bon, par contre, c’est salissant c’est sûr 😉

Des règles de base :
– Ne pas inciter l’enfant mais le laisser faire
– Ne jamais laisser manger un enfant sans surveillance

Des liens pour approfondir :

La « bible » de la DME

Une autre mine d’infos

Un super tableau qui récapitule l’introduction des aliments

Et encore un autre !

Comment ça se passe à la maison ?

Loulou a quatre mois et demi, et depuis trois bonnes semaines il montre déjà beaucoup d’intérêt pour mes repas… J’avais pris l’habitude de lui faire suçoter les pommes, haricots verts, etc : cela l’éclatait ! Ma pédiatre et moi avons trouvé un accord pour la diversification : ça a l’air super chouette la DME, OK, mais s’il est déjà demandeur pour découvrir la nourriture c’est dommage de le priver de ces moments en attendant qu’il se tienne bien droit ! Elle m’a alors conseillé de continuer à lui faire suçoter les fruits et légumes, mais aussi de lui proposer cuits et écrasés grossièrement pour voir.

Au final, j’ai trouvé une solution super fun qui nous convient parfaitement à nous deux : je lui fais des jus de légumes, ainsi il découvre les goûts sans avoir à gérer les morceaux (chose pour laquelle il est encore bien jeune…) et pour le gouter, on mange un fruit ensemble : depuis deux jours il ne fait qu’une bouchée (sans jeu de mots !) des morceaux de fruits bien mûrs, et les avale sans problème, en les écrasant préalablement contre son palais !

Miom !

Miom !

Nous avons donc trouvé un super compromis pour l’éveil des goûts en attendant qu’il ait acquis la motricité nécessaire à la DME ! Donc, non, les purées ne passeront pas par le bec de mon Loulou 😉

Dans mon prochain article je vous détaillerai comment nous procédons, et nos cocktails de fruits et légumes 😉