Chiaravan – Espoir, Angoisses, Bonheur : la Maternité !

Une mère, une femme, des futilités mais aussi des sujets sérieux


4 Commentaires

{Ca jacasse} #7 : Les 5 indispensables de la valise maternité

La valise pour la maternité : on en parle, on y pense, on fait des recherches… Puis un jour on se décide à la commencer et on se rend alors compte de l’étendu du truc ! Pour t’aider, chère mum-to-be, je te propose quelques petits essentiels !

logo ca jacasse

Alors déjà, j’ai procédé par destination :

  1. ma valise avec tout ce qu’il me fallait,
  2. celle de Bébé avec le nécessaire pour le séjour
  3. une pochette avec sa première tenue (hiiiiiiiiiiiii), bonnet et couche compris, incluse dans…
  4. le petit sac destiné à la salle d’accouchement

 

Nous avons toutes reçu une liste via notre maternité, je vais juste ajouter quelques précisions quant au dilemme des vêtements : les tiens pour commencer. Oui car, quelques tenues confortables, OK, mais pour être claire, les deux ou trois pantalons confortables que tu as… et bien tu les mets déjà tous les jours ! Alors tu fais comment pour les 2 voire 3 mois qui restent si tes chouchous sont déjà dans la valise ? Et bien… tu en mets déjà un, et tu tournes avec juste deux… et tu pries pour que le jour venu, un des deux soit dans un état potable pour l’ajouter à la valise (et tu porteras le troisième sur toi ahah !)

Des tuniques aussi c’est cool, pour masquer ton flamby ventre (car non non, tu n’y échapperas pas, sache-le…)

Pour bébé… pas besoin de se jeter sur du Naissance à moins d’une crevette annoncée : le 1Mois ira très bien quitte à retrousser un peu les manches, et tu l’amortiras plus 😉

Bref, allons à l’essentiel, pour survivre à ce séjour en Maternité :

1 : Ton téléphone Hightech chargé à bloc et son chargeur

Ainsi, tu pourras téléphoner, prendre des photos et les envoyer à tout le monde, aller sur Facebook et tes forums préférés raconter les prouesses de ta toute nouvelle merveille, checker tes mails en pleine nuit durant la tétée, regarder la météo prévue pour la sortie, voire même utiliser une application qui rassemblera toutes les infos sur les heures des tétées et couches… Le couteau suisse de la Maman !

2 : De l’huile d’Arnica

MAGIQUE sur ta choupinette ! Oui oui ! Une petite goutte dans la protection, et franchement, épisio ou pas, cela soulagera vraiment les œdèmes, et autres dommages collatéraux (qui a dit que ce billet allait être glamour ?)

3 : Ton appareil photo et son chargeur voire même une seconde carte mémoire

Pour immortaliser les premiers moments de Bébé… la base ! (et on vérifie surtout qu’il soit chargé et que la carte soit vide et opérationnelle avant de partir de la maison)

4 : A manger !

Personnellement j’aime bien les légumes et les choses simples, du coup les plats de la maternité m’allaient pas mal… mais il faut avouer que quelques petits trucs de la maison ça passe bien ! Chez nous ce fut des barres de protéines au chocolat !

5 : Une veilleuse

Parce que dans les maternités il n’y a que des gros néons qui font mal aux yeux ! Nous la nuit on allumait la lumière de la salle de bain, porte entrouverte 🙂 et une tite veilleuse

En bonus si tu allaites : LANSINOH, la sauveuse de tétons !!

De gauche à droite : sac pour la naissance, mon sac, celui du Loulou… et cosy devant la porte, pour que l’homme  ne se plante pas le jour où il viendra nous chercher à la mater LOL

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités


1 commentaire

{Ca jacasse en image} #1

Cette semaine dans la basse-cour, nous soufflons un peu côté clavier, et mettons à l’honneur nos photos de Grossesse 😉

logo ca jacasse

Notre Loulou a une Marraine-Caillette-de Compet, photographe de son état. Elle est aussi un peu la marraine de notre couple puisque nous nous sommes rencontrés dans l’optique d’un projet photo en duo en Janvier 2009. Nous avons, de ce fait, organisé une jolie séance Grossesse lors de mon septième mois, je voulais plein de souvenirs de cette période de ma vie que j’ai adorée !

Des duos, des parties de corps, du clair-obscur, de la lumière naturelle… Un tas de superbes moments immortalisés par quelqu’un de cher à mes yeux !

Sandra guadagnino

Cette photo, je l’aime pour plein de raisons… Pour sa main sur mon ventre, protégeant notre bébé, pour ma main autour de son cou comme pour le garder toujours près de moi, pour nos lèvres si près les unes des autres insufflant à chacun l’amour de l’autre…

Pour en voir plus et découvrir ainsi le travail de ma Super Caillette, par ici !

Rendez-vous sur Hellocoton !


1 commentaire

{ça jacasse} #6 Un papa… fatigué !!

Aaaaahhhh l’accouchement… Un moment inoubliable, si fort pour le couple, cet homme que nous avons choisi pour mari qui nous tient la main durant toutes ces longues heures de contractions, supportant nos cris, les yeux dans les yeux, si amoureux, qui ne cesse de nous répéter combien il nous aime et combien l’on est belle, même dans la souffrance…

Ouais ben ça c’est dans les dessins animés ! MOI, j’ai accouché avec George Michael ! Oui oui 😉 Bon il n’était que dans mes oreilles, OK..

C’est parti pour ce nouvel opus {ça jacasse} !

logo ca jacasse

En femme très organisée, la valise pour la maternité était prête deux mois avant terme, une immense liste de choses à prendre soigneusement cochée au fur et à mesure était posée sur la table à langer ; le petit sac avec la tenue de naissance à part, avec mon homéopathie destinée à aider le travail, le brumisateur… et l’ipod (qui aura toute son importance pour la suite)

L’homme n’avait plus qu’à charger femme et sacs le moment venu !

Et le moment venu, après quatre jours à se demander si c’était parti ou pas, fut un vendredi soir 18h, durant lequel les contractions se mirent en place pour de bon !

J’avais expliqué à Fab qu’il lui faudrait être présent à mes côtés, ne souhaitant pas la péri tant que possible, j’avais besoin d’un partenaire à 100% ! Nous avions fait de l’haptonomie tout au long de la grossesse, pour favoriser la participation du père et travailler sur les ressentis, l’accueil du bébé…

Sur les premières heures, il a été plus ou moins présent… Je me souviens m’être assise entre ses jambes sur la méridienne dans le salon, devant la télé, voyant vaguement des images de seconde guerre mondiale (je n’ai jamais vu si peu d’un reportage !) et avoir passé une heure ainsi, me tortillant avec mes contractions toutes les trois minutes, lui me massant le bas du dos avec une huile…

Puis, vint le moment de partir à la maternité. Moi préparant le reste des sacs (ajouter la trousse de toilette, checker pour la millième fois les papiers…) et lui, me prenant une briquette de jus de raisin pour me donner un peu d’énergie (après plusieurs jours de contractions, nuits blanches et repas sautés…)

Mais, toute la bonne volonté de Monsieur fut rapidement entachée par une donnée non négligeable : l’ennemi juré du père, de la mère, et de toute personne destinée à faire des efforts (même tous petits…) : la fatigue !

Il faut savoir que mon mari, je l’aime d’Amour, mais il est toujours, toujours fatigué. Epuisé, débordé… Alors son pire cauchemar se réalisait ce soir-là : arriver à la mater à MINUIT et savoir que sa nuit allait être blanche ! Quand on nous a confirmé que nous restions pour de bon, pour lui c’était comme l’annonce de la fin du monde : non, il ne pensait pas à son fils qui allait arriver (dans de bien trop nombreuses heures à son goût…) non il ne pensait pas à l’émotion, au bonheur de la découverte… Non. L’homme pensait qu’il n’allait pas pouvoir dormir ! (et accessoirement, que sa femme allait en ch*** un peu quand même…)

J’ai donc passé tout le travail seule jusqu’à l’expulsion (non je ne fais pas mon Caliméro, j’étais super conditionnée et pour moi, chaque contraction poussait mon enfant vers mes bras) et lui, devinez ou il était et surtout comment ?

Dans le fauteuil-lit d’à côté, allongé en bouleavec un sweat à capuche sur la tête, qui recouvrait un bonnet, ET un masque-que-tu-mets-que-dans-les-avions-pour-dormir-dans-la-vraie-vie, ET des boules quiès… il ne lui manquait qu’un petit plaid à carreaux écossais !

Quelque chose dans ce genre…

Il somnolait comme il pouvait, ronchonnant comme un enfant qu’on aurait privé de son joujou, et lorsque les contractions me poussaient à émettre quelques gémissements sons il répondait vaguement quelques onomatopées qui en disaient long (du genre laisse-moi dormiiiiiiir !) Moi, toute concentrée et consciente des enjeux des prochaines heures, je l’encourageais à se reposer du mieux qu’il le pouvait… (j’aurais tout de même vraiment besoin de lui très vite !) Je trouvais même la force de beaucoup rire du côté cocasse de la situation !

Et c’est là que j’ai décidé de partager ces moments avec George ! Ipod sur les oreilles : Careless Whisper et consorts en boucle ! La sage-femme a un peu halluciné en venant me voir : à quatre pattes sur le lit avec mes écouteurs, et mon p’tit mari dormant en boule à côté !

Puis, nous sommes passés en salle de travail… la tête enfarinée, l’Homme m’a accompagnée, commençant à émerger… et puis non, finalement autant se remettre en position de sieste avec son équipement masque/boules/bonnet en salle ! Mouahahhaha ; cela reste n’empêche un super souvenir ! Sa trêve ne fut que de courte durée : l’anesthésiste arriva trente minutes après et le fit sortir pour la pose de la péri, ce qui acheva de lui remettre les idées au clair !

A son retour, il était transformé, nous avons pu attaquer les poussées (puisque tout s’est alors accéléré mais si tu es assidu, cher lecteur, tu as déjà lu mon récit d’accouchement et tu sais tout cela !) et LA, il a assuré ! Super coaching de poussée, super boulot, durant… dix minutes, ben oui, c’est le temps que le Loulou a mis pour arriver parmi nous ! Il m’a motivée en choisissant la même expression qu’au training à la salle : « Allez come on !!! »

Ahlala mon homme… Certes, il n’a pas forcément été tout ce qu’une femme peut désirer de la part du papa durant l’accouchement, mais il a été lui-même… Fatigué comme toujours, un peu grand enfant comme souvent, mais tellement Lui et tellement complice ! Et j’en garde un super souvenir, je ne changerais rien de rien, ça nous fait de chouettes anecdotes à raconter (la preuve !) Finalement, je n’aurais pas apprécié qu’il soit collé à mes basques en me demandant toutes les trois minutes comme j’allais (A TON AVIIIS ?!)

Rendez-vous sur Hellocoton !


3 Commentaires

{Ca jacasse} #4 : Le choix du prénom : trop facile !

Pour notre quatrième rendez-vous ça jacasse, on vous propose de papoter du prénom de votre douce progéniture… Là-dessus, j’ai eu beaucoup de chance !

logo ca jacasse

Fab et moi, on se ressemble… beaucoup ! Nos choix et goûts sont très proches… et Dieu sait combien cela nous facilite la vie ! Déco de la maison, mode de vie, sport, philosophie, musique (enfin il est interdit de rap et contraint d’écouter du rock !!)

Quand nous nous sommes décidés à lancer le projet Bébé, nous nous étions déjà pas mal projetés et le prénom de fille était trouvé, par mes soins, et validé par mon associé : ce serait Chiara, second prénom Eléa. Et avec notre nom de famille italien, ya pas à dire, Chiara CA PETE LA CLASSE quoi !! Ne me demandez pas pourquoi… ce prénom m’a parlé tout de suite, et je ne sais même pas d’où cela me vient !

Pour le garçon par contre… absolument RIEN ne nous plaisait depuis qu’on en parlait (à savoir dès notre rencontre ; nous, rapides en besogne ? naaaaaaaaaan…) donc sans se mettre la pression, nous attendions de voir…

Et puis la Vie a fait que nous avons eu plus de temps que de raison pour y réfléchir…! Dès 8 mois d’essais on nous apprend que nous allons devoir passer par la FIV ; en octobre 2011 on nous parle de la première tentative pour Janvier 2012… Pour me préparer au mieux dans la positive attitude (quelle honte d’entendre raisonner le chef-d’œuvre de Lorie dans ma tête à cet instant précis !), j’imagine comment j’annoncerai la bonne nouvelle à Fab « le jour où… » et trouve un joli livre « mode d’emploi de bébé » ; puis télécharge des applications sur mon téléphone, notamment « Baby Names », une base de données américaines.

Et là, j’écume les listes Boys… Je me souviens, j’étais dans la chambre et lui au salon… en scrollant l’écran j’ai vu Evan, et là, paf en pleine face, l’évidence ! Je suis sortie comme une folle de la chambre pour le rejoindre, toute fière, en criant EVAN !

Sa réaction : « rahhhh j’adore, allez on valide » !!! Sans plus de cérémonial (qui a dit qu’un homme est têtu…)

Nous voilà partis avec nos deux prénoms, Chiara et Evan, en se disant qu’après avoir mis plus de deux ans pour trouver un nom masculin, on serait pas la me*de pour le second prénom !

En ce jour de juin 2012 où mon test m’a annoncé que j’étais à nouveau enceinte, j’ai pris soin au maximum de mon petit passager, j’avais si peur de le perdre encore ! Et les semaines passant nous avons pris de l’assurance, avons cru en ce petit haricot qui avait su s’accrocher… Je l’appelais Chiara, Fab l’appelait Evan, on se taquinait là-dessus… Et un jour j’ai proposé qu’on l’appelle Chiaravan tant que nous ne connaîtrions pas le sexe… (oui, on a un humour bizarre ;))

Nous voilà partis pour 4 mois de Chiaravan !! (et hop voici l’histoire du nom de ce blog au passage !)

A l’annonce du sexe de notre Doudou, il a fallu repartir à la recherche du second prénom… encore une fois j’ai pu faire « ce que je voulais » : j’ai dit à Fab qu’il était important pour moi que mon fils porte le prénom de mon grand-père qui me manque beaucoup, Joseph. Il a trouvé l’idée touchante et a proposé en troisième de choisir le nom de son propre grand-père aussi, Léo.

Et nous voilà aujourd’hui les heureux parents d’un petit Evan Joseph Léo, choix validé à l’unanimité de deux, sans heurt ni pleur ni combat ! (c’est déjà ça ! Mouarf)

06-06-3


4 Commentaires

{Ca Jacasse!} #3 : La grossesse et les kilos

Nouvelle semaine de notre rendez-vous Ça jacasse, aujourd’hui papotons de la prise exponentielle de masse durant la construction de mon Loulou d’Amour !

logo ca jacasse

Ahhh les kilos et la grossesse… Toute une histoire pour moi, ancienne anorexique-boulimique durant dix ans. Après autant de temps de rapports conflictuels avec la nourriture et mon corps, évidemment, la grossesse était LA période durant laquelle je m’étais toujours promis de faire attention. Et puis, une fois guérie de mes TCA, j’avais peur que la grossesse et les chiffres sur la balance me fassent replonger dans mes anciens travers…

Depuis presque trois ans, la boulimie est derrière moi, pour de bon (si j’avais su que je pourrais m’en sortir un jour !) Bref, depuis je m’écoute : je mange quand j’ai faim, à ma faim, ce qui me fait envie, équilibré mais sans me prendre la tête de trop… Et je crois que cette façon de voir les choses a payé !

Lors de mon test positif, j’avais pris 2-3 kilos suite aux précédents traitement hormonaux, dont j’avais du mal à me débarrasser (surtout que le moral n’était pas à la combativité…)

Puis quand ce test béni m’a appris le Miracle, j’ai tout de suite mangé hyper sainement, tout en respectant mes habitudes de respect de mes sensations…
Bon j’avoue, j’ai eu le retour du mauvais réflexe de pesée journalière ! Mais, connaître les chiffres me servait de garde-fou 😉

J’ai démarré ma grossesse à 71kg (oui on dirait pas comme ça, je suis grannnde c’pour ça). Psychologiquement, je flippais, mais genre A MORT, de voire le 80 !!! Impossible…

Démarrage cool, je perds 2kg les 8 premières semaines « grâce » aux nausées et migraines. A mon écho des 12SA j’ai pris 1.5kg.

A 22SA, j’en étais à 3.5kg, joie dans mon coeur ! J’ai suivi ma ligne de conduite : si mes envies me poussaient à me faire des orgies, mon corps se régulait tout seul les jours suivants… je pouvais prendre 2kg en 3 ou 4 jours, mais dégonfler à nouveau derrière…

Ma gynéco ne cessait de me féliciter à chaque rendez-vous, au début du 6ème mois j’en étais à 4.5kg de pris ! Et là, une « amie » qui me prévient que c’est maintenant que je vais morfler…. (counasse LOL) Rahhhhlala….

Et je te passe aussi les jalouses (ah ben ça alors, c’était la même fille ! LOL) quime disaient depuis le début de ma grossesse « ahhhh mais vas-yyy tu peux te gaver lààààà, profiiiiiiite !! » (voyez-vous le sourire narquois de ladite personne ?)

Et bien je vais même te dire mieux, sur le dernier trimestre j’ai pris grosso modo un kilo par mois, le dernier mois je n’ai même pas bougé !

Pas de privation… juste attention et du bon sens… cela ne m’empêchait pas de me fracasser une fondue savoyarde, un Quick’n’toast ou du Nut-Nut de temps en temps OF COURSE !

J’ai fini à +8kg au compteur, tout dans le bidou, (mais au moins un kilo dans chaque sein avec mes trois bonnets supplémentaires !) à 41 semaines passées 😀

J’ai pu rester sous les 80kg psychologiques, le top !

J’avoue, qu’est-ce que ça a pu m’énerver les « ohhh tu as de la channnnce » sur ma prise modérée et le fait que tous mes kilos étaient partis à la sortie de la maternité… De la chance ? ohh jeune, moi j’mange un bol de soupe tous les soirs hein !! pas des madeleines !!!! grrrrrrrrrrrrrr

41SA

Trois petits jours avant la ponte 😉 Le bidou tendu à fond, j’ai adoré !

Heuuu par contre… j’ai perdu tous mes kilos.. mais ai gardé mes 3 bonnets de plus, et même un quatrième avec l’allaitement ! /PAN/


Poster un commentaire

{Ca Jacasse} Les envies ?!

Cette semaine, je vais vous parler des envies durant la grossesse… Avec les filles « Ça jacasse » (et on clique sur le logo pour en savoir plus !)

logo ca jacasse

Alors déjà, cette grossesse, je l’ai attendue… j’ai eu le TEMPS de penser à tout, tout imaginer et son contraire… Les deux premiers mois, la nausée du matin… ben jusqu’au matin suivant en fait 😀 Pas celle qui fait vomir, non… La sournoise, celle qui te met dans le semi-coma en permanence, l’impression de vivre dans un nuage cotonneux…

Il fallait que je mange à la SECONDE où je mettais un orteil au sol… sinon malaise et chute de tension direct ! Du coup, p’tit verre de jus de fruits rouges au saut du lit… ça me donnait juste assez d’énergie pour préparer laborieusement mon p’tit déj…

Le premier trimestre, j’aurais pu être sponsorisée Cœurs de Palmier : je ne mangeais presssssque que ça : en salade, à grignoter dans la journée… j’aime beaucoup ça en temps normal, mais alors LA ! La folie !

La salade niçoise maison aussi fut ma grande amie !

Une crêpe pour le p’tit dej, avec du son d’avoine, lait, noix de coco, huile de coco, et plein de trucs bizarres à l’intérieur 😀

Trois fois durant ma grossesse je me suis jetée chez Quick pour un menu Quick’nToast XL avec donut choconoisette ET bigoo Choco !!!! MOOAAA !!! adepte de la nourriture saine qui ne mange JAMAIS ce genre de trucs !! l’hallu quoi ! J’en suis encore traumatisée 😀

L’ALCOOL… je ne bois quasi jamais… mais il suffit d’en être privée, pour rêver d’un bon canon de ROUGE accompagnant un BON fromage au lait CRU… pffffffffffff tristesse… (pulsion non assouvie of course…)

PIZZA !! ce n’est pas propre à la grossesse.. on en mange rarement, mais de temps à autre je rêve tout bonnement de m’en fracasser une !

Les sushis… je les fais moi-même, et congèle le saumon au moins 48h avant, ainsi j’ai pu me gaver avec délices.

J’ai aussi eu des pulsions de foie gras et confiture de figue (yummm) et je me souviens avec honte (mouais…) des après-midis avec un petit pot de Nut-Nut, du pain et mon ami grille-pain !!!!

Mais bon… dans les grandes lignes j’ai écouté mon corps, mes envies, mon appétit… la plupart du temps j’ai mangé sainement, et n’ai pu prendre que 8kg hiiiihaaa 😉


Poster un commentaire

Lettre à mon Fils…

Un petit concours m’a poussée à coucher sur papier mes sentiments du moment, à 6 semaines du terme… Envie de les conserver ici !

Tant de temps à t’attendre, t’espérer… tant de larmes qui ont coulé… Tant d’espoirs placés au fil des mois.

Il y a tout juste un an, nous pleurions la perte d’un premier petit ange… aujourd’hui nous sommes à quelques semaines de te serrer dans nos bras. Tout ce bonheur, cet amour, ce mélange de nous deux que tu représentes après une traversée du désert !

Chaque jour qui passe nous rapproche de toi. Je suis amoureuse de chacun de tes mouvements, tes petits coups de pied qui font craquer mes côtes, notre rituel du matin quand, à mon réveil, je pose la main sur toi pour te dire bonjour, et que tu t’étires doucement sous la chaleur de celle-ci… J’aime ton hoquet qui secoue toute une partie de mon corps, que je ressens toujours au même endroit.

Je connais par cœur ta position au creux de moi, je sais reconnaître chaque partie de ton corps qui glisse sous ma peau.

Mes mains ne peuvent s’empêcher de te caresser à longueur de temps. Tel un trésor inestimable nous ne pensons plus qu’à toi, ne parlons plus que de toi…

J’aime quand tu ondules sous la main de ton papa, ma moité ; vous êtes mon Tout, mon Univers. A vos côtés, mes Hommes, je me sens une force incroyable, je me sens entière, heureuse.

Nous rêvons au jour où tu décideras de rejoindre notre petit cocon, notre bulle que nous avons bâtie et renforcée d’amour, de soutien, de symbiose… à deux, pour devenir Trois.

Evan, notre bébé, notre fils, notre trésor… aucun mot ne suffira jamais à décrire ce qui pourra se lire dans nos premiers regards… et tous les suivants !

Bébé en construction !