Chiaravan – Espoir, Angoisses, Bonheur : la Maternité !

Une mère, une femme, des futilités mais aussi des sujets sérieux


7 Commentaires

De Nullipare à Primipare

Je rejoins ma copine Freya dans son avant-après de vie de Maman, même si de mon côté, peu de choses ont changé… En fait je ferais mieux de faire un avant et après PMA !

Avant, j’étais nullipare :

  • J’allais au sport quand bon me semblait, la salle, le cheval etc
  • Je passais des heures à faire brouter mon cheval
  • J’allais au karaoké avec ‘Tit Canon le soir
  • Je partais régulièrement pour une journée de shopping seule, sur un coup de tête
  • Je faisais des hennés et autres masques salissants au moins une fois par semaine
  • Je commandais des tonnes de maquillage et de vernis
  • Mes ongles étaient super manucurés
  • J’avais le temps de faire le millefeuille matin et soir
  • Nous nous faisions des après-midis marathon-film le weekend
  • Je dormais la nuit, mais mal, avec beaucoup de cauchemars…
  • Nous faisions des travaux à la maison, presque tous les weekends
  • Mais je ne pouvais retenir mes larmes quand ma route croisait un ventre rond
  • Je n’arrivais plus à faire de projets, pendue à l’incertitude…

Maintenant j’ai une sangsue un bébé :

  • Maintenant c’est sport à la maison, tôt le matin avant que Bébé ne se lève, et j’adore ça finalement
  • Pas encore trouvé le rythme pour retourner voir mon cheval… mais avec les températures qui vont redevenir plus clémentes ça va le faire je pourrai m’éclipser deux heures l’après-midi  😉
  • Aujourd’hui avec ‘Tit Canon on parle couches et allaitement… et on sort le midi à Pizza Paï 😀
  • Je continue à aller faire les boutiques avec mon Loulou !
  • La fréquence de mes hennés s’est effondrée : trop salissants, trop longs, trop lourds…
  • Mes ongles sont toujours longs… mais rarement vernis !
  • Le millefeuille ? Heuuu… je mets de la crème matin et soir c’est déjà beau… et j’ai fait un eye-liner permanent !
  • Nous continuons nos projections de films la journée… avec un bébé pluggué au sein 😉 Et le soir après son coucher.
  • Je dors toujours la nuit quelle chance ! Les cauchemars sont devenus rares…
  • Après quatre mois de pause pour souffler et prendre nos marques, les travaux ont repris mais je m’occupe du Loulou plutôt que du BA13 !
  • J’aime voir des femmes enceintes, et, comble absolu, voir des allaitantes (c’est rare… évitent-elles de se montrer en public ?)
  • Ma vie s’est illuminée, je n’osais pas imaginer à quel point, tant j’avais peur de ne jamais connaître tout cela

En bref, peu de choses ont changé finalement dans notre quotidien, à part une tornade d’Amour et de Rires, la Vie tout simplement qui me sourit chaque fois que je pose les yeux sur mon Loulou !

Nous sortions peu donc ça n’a pas changé, nous aimons notre tranquillité et nous l’avons toujours.

Que du Bonheur j’vous dis !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités


10 Commentaires

Les énormités que l’on entend sur l’allaitement

Nombreuses sont les réflexions que je peux entendre sur l’allaitement, et encore je dois en oublier des tas ! De celles qui font sourire à celles qui agacent franchement, petit tour d’horizon !

Tu es égoïste et veux le garder que pour toi : oui bien sûr, et jusqu’au Bac ! S’occuper d’un enfant ce n’est pas juste le nourrir : il y a les couches, le bain, les jeux, les sorties, etc.

Il ne va jamais faire ses nuits : il les fait depuis la maternité 🙂

C’est pas assez nourrissant ton bébé ne va pas bien grandir ni grossir : alors là j’avoue, c’est LA phrase qui me met hors de moi ! Perdu, c’est un p’tit cochonou carrément plus grand que la moyenne. et si le lait n’était pas nourrissant, toutes les espèces animales seraient chétives et en voie d’extinction depuis bien longtemps !

Tu es esclave de ton enfant : je ne trouve pas… il a bien pris son rythme et ses horaires de tétées sont bien calés

Tu es arriérée : mmhhhh…. si tu veux !

Tu fais ça parce que c’est la mode : oui bien sûr, Cro-Magnon et ses potes c’était pareil, juste pour la mode. Je kiffe faire comme Shakira c’est uniquement pour ça que j’allaite !

Ça ne sert à rien puisque l’été arrive donc il fait chaud donc plus de maladies alors pas besoin de l’effet protecteur du lait (dixit un médecin !!) : je n’allaite pas pour cela, et quand bien même, non non, les anticorps de la mère passent dans le lait tout au long de l’allaitement, aussi long soit-il 😉

Après trois mois cela ne sert plus à rien (dixit le même médecin…) : oui mais c’est gratuit LOL

La preuve, à six mois Bébé a des dents il faut arrêter ! Des bébés naissent avec une dent parfois… cela veut-il dire qu’il ne faut jamais les allaiter car dès la naissance, ils peuvent manger ?

Ta poitrine va tomber : pas si on porte des soutien-gorge adaptés… ce sont les variations de poids, notamment pendant la grossesse, qui peuvent causer un défi à la gravité !

Tu ne peux pas faire de régime et tu vas même grossir ! Il suffit de manger équilibré. A partir de trois mois l’allaitement mobilise même les graisses de réserve, situées sur les hanches et fesses particulièrement… Tout bénef !

Tu ne dois boire zéro alcool, jamais ! Ça c’est ce que l’on veut nous faire croire pour nous pousser à arrêter… En réalité, il faut juste éviter de donner une tétée dans les deux heures après ingestion d’alcool, et bien sûr, éviter tout de même la grosse cuite… Dans ce cas, on prévoit de tirer son lait avant pour le donner !

Ça fait trop mal aux seins : avec une bonne position de Bébé, pas de douleur. Pas de crevasse. Il faut être bien entourée pour réussir cette belle expérience 😉

Je n’ai pas assez de lait : rares sont les femmes dépourvues de glande mammaire totalement… 5% de la population féminine PEUT rencontrer des difficultés, en particulier celles ayant subi une réduction mammaire auparavant car beaucoup de canaux lactifères sont coupés lors de cette opération. et encore, très souvent les canaux qui restent peuvent suppléer aux autres en adaptant leur production (voir l’allaitement de jumeaux ou triplés, c’est du sport mais ça se passe !) Il faut par contre un super encadrement compétent et beaucoup de confiance 😉

C’est trop contraignant : d’un côté oui je peux comprendre, car on allaite à la demande. A la fois, non ce n’est pas contraignant.. Pas de vaisselle, de dosettes de lait à compter, de bouteille d’eau… De bibs à préparer, puis à  stériliser, stocker…. rien en fait 😉

Tu t’exhibes en public c’est le mal : mais si je fais du topless à la plage cela ne dérange personne !  Et puis pour voir que je donne le sein, il faut vraiment regarder !

Je peux pas allaiter j’ai de trop petits seins : rien à voir avec la capacité à produire du lait. Je n’ai pas beaucoup de lait parce que j’ai de gros seins : ce sont des prothèses 😉 Mais ma production a su s’adapter à la demande !

Et vous ? Des anecdotes ?

Rendez-vous sur Hellocoton !


2 Commentaires

La nature est bien faite

En préambule de cet article, je voudrais vous raconter une anecdote : en 2001, notre petite pépette a eu une portée de 3 chatons, que nous avons tous gardés. Elle a su s’en occuper, les nourrir, les soigner, les protéger, leur apprendre un peu de la vie. Puis, quand les petites ont eu trois mois, la maman a pris le large. Il faut dire qu’elle commençait à en avoir assez de se faire croquer les mamelles à chaque tétée !

Nous ne l’avons plus vue du tout durant deux bons mois… Nous étions persuadés qu’il lui était arrivé quelque chose, ses petites furent un peu déboussolées au début puis ont pris leurs marques… Et la maman a fini par pointer le bout de son nez à nouveau, et reprendre ses habitudes à la maison. La nature est bien faite : elle a su laisser sa progéniture livrée à elle-même quand elle a su que c’était le moment.

chaton-chats

Je le répète souvent : nous sommes des animaux ! Notre instinct est là, plus ou moins développé chez chacun de nous. J’ai choisi de m’écouter au maximum. Dans le maternage comme dans la relation à la nourriture par exemple ou à mes émotions. Je ris, je pleure, je me laisse ressentir plein de choses.

J’ai adoré être enceinte. Pourtant, des désagréments et des frayeurs, j’en ai eu des tonnes. Mais j’avais ma merveille en moi, cela n’avait aucun prix, je maternais déjà ses mouvements in utero. Et puis, la fin de grossesse arrivant, on en a juste assez ! On a envie de découvrir son bébé, de le voir, le toucher, le sentir… Commencer le nouveau chapitre de notre vie ! La nature est bien faite. Plus le terme approche, plus l’inconscient est prêt à accueillir ce nouvel être tout près de nous. Je n’ai pas échappé à la règle, surtout en accouchant après terme !

grossesse-enceinte-anecdote

Bébé est né. Je l’ai saisi moi-même et l’ai aidé à glisser hors de moi : je n’ai pas réfléchi, je l’ai juste « senti », c’était comme ça. La mise au sein, une évidence… Je fais partie de ces femmes qui n’ont jamais eu la moindre appréhension ni pendant la grossesse ni après, jamais eu peur de faire du mal à ma chair, ou de mal faire. Sans parler de remise en question, que je pratique beaucoup, pour mon bébé, les choses, je les sens, les ressens, pas de peur ou de maladresse. On appelle cela l’instinct, je ne sais pas, mais c’est en moi.

Il en est de même pour l’allaitement, je suis mon ressenti, je l’écoute, tout se passe à merveille. Pour la diversification à venir aussi, quand il sera prêt. Doucement, sereinement, à notre rythme.

Les premières semaines, Bébé a dormi dans sa nacelle, à côté de notre lit. Cinquante centimètres de moi. Un peu de cododo parfois quand je m’endormais pendant la tétée nocturne. Un beau jour, je l’ai senti : il était prêt à passer dans son lit, dans notre chambre (qui est grande). Pas de raison en particulier, juste moi. Et aucune différence dans son sommeil : une masse ! Transition réussie. La nature est bien faite !

Jusqu’ici, il passe donc ses nuits pas très loin de nous, 1m50 tout au plus. Je n’aurais pas tenu le rythme si j’avais dû naviguer entre nos chambres pour les tétées de nuit, j’ai trop besoin de sommeil… L’homme est d’accord aussi, et cela le rassure beaucoup sur les risques de mort subite.

J’avoue, je ne savais pas quand je serai prête à le passer dans sa chambre, à allonger un peu plus notre cordon. Nous attendions que ses nuits soient plus longues, chose faite depuis quelques temps déjà. Un matin, un peu avant ses trois mois, il m’a réveillée en gazouillant tranquillement. Il n’avait besoin de rien, il discutait tout simplement. Et en moi, viscéralement, l’évidence : stop, on va le passer dans sa chambre, il est temps.

 Pourquoi ? Je ne sais pas. Un déclic, soudain et inattendu. Un réel besoin. La nature est bien faite ? Oui, je le crois. Je n’ai rien brusqué, je me suis laissée sentir les choses, et je l’ai laissé expérimenter aussi. Et c’est l’homme qui a préféré attendre encore finalement !

sommeil-bebe-qui-dort

Nous le passons dans sa chambre ce weekend : nous avons préféré laisser passer les vaccins des quatre mois pour d’éventuels effets secondaires comme déjà vécus. A suivre donc, mais je le sens : tout se passera bien.

La nature est bien faite !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Article publié sur SBG


8 Commentaires

{Ca jacasse} #5 : les nuits… ça va ! le jour par contre…

Ahhhh le sommeil de Bébé… Avant l’accouchement, TOUT LE MONDE te dit… « Dors, dors ma fille, profites-en… » (tant que tu peux, sous-entendent-ils tous, tant qu’il en est encore temps…!) Mais toi, luttant contre les insomnies de fin de grossesse et la fatigue de la journée, tu penses qu’il exagèrent… enfin quand même, on lit partout qu’un nouveau-né dort entre 18 et 22h par jour, tu dormiras en même temps que Bébé la journée et puis voilà 😉

C’est notre nouveau rendez-vous {ça jacasse} !

logo ca jacasse

Personnellement, je ne m’inquiétais pas vraiment, j’attendais d’y être, après tout, ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort 😀 et ce ne serait certainement pas si atroce que cela…

Jour J, mon p’tit bout rejoint mes bras, à 7h du matin. Notre première journée se passe plus que bien, et le soir la sage-femme nous propose de faire du cododo en le calant contre un traversin : je trouve l’idée magique pour pouvoir récupérer !

A la maternité... Bonheur total de dormir avec mon Fils dans mes bras...

A la maternité… Bonheur total de dormir avec mon Fils dans mes bras…

Première nuit : il dort ! se réveille juste deux fois pour tétouiller et se rendort aussitôt, contre mon sein. « Il récupère de l’accouchement… la nuit prochaine sera bien différente » me dis-je.

Seconde nuit, même scénario. « Wow il doit encore récupérer… »

Troisième nuit : la même ! Je commence à rêver à ce que cela perdure mais n’y crois pas une seconde ! Puis nous rentrons à la maison, son lit dans notre chambre (si j’avais dû aller dans sa chambre et m’asseoir sur son fauteuil à chaque tétée je n’aurais clairement pas survécu !)

Et honnêtement, je touche tout le bois à portée de main en écrivant ces lignes, mais aujourd’hui à trois mois passés, c’est toujours le cas !

Les dix premiers jours, Loulou se réveillait vers 2h30 après une dernière tétée à 23h, puis 5h30 et 9h. Quand je dis se réveillait, j’entends par là grognait un peu en tétouillant le vide, yeux encore clos… Hop je le prenais contre moi, le pluggais à mon sein, et… plus personne ! (moi y compris, me rendormant sans même en avoir conscience avant d’avoir la force de le remettre dans son lit… je me réveillais vaguement 3 heures plus tard quand Monsieur prenait sa collation suivante !)

Très vite, il se cala sur 23h-5h-8h : toujours pareil, pas une seule fois il n’a pleuré : grognage-tétouillage-recouchage 😀

Maintenant, c’est 21h, puis entre 3h30 et 6h en moyenne pour la tétée suivante, et dodo jusque vers 8h ! Et dans son lit s’il-vous plait 😉

Ses nuits, ça ressemble à ça !

Ses nuits, ça ressemble à ça !

Autant dire que la nuit, je suis vernie ! (ça ferait un bon slogan publicitaire tiens…) Même lors des pics de croissance il est cool, le rythme est plus soutenu certes, mais au pire je le garde contre moi et ça roule !

Le jour par contre… maaaaaaaaaaannnndieu quelle galère ! Non mais il ne dort jamais cet enfant !!! Du coup évidemment, il est épuisé et passe de grognon à carrément irascible au fil des heures !

Et moi aussi évidemment… Ne pouvant rien faire, devant le bercer/lui parler/le balader/le faire rire/faire des incantations à la lune... certains jours j’ai mangé mon repas de midi à… 18h ! Forcément mon humeur et mon moral s’en ressentent lors des jours « difficiles » (pitiéééééé laissez-moi me jeter par la fenêtre !!!)

Ce n’est que maintenant, à trois mois, qu’il commence doucement à intégrer ce besoin de sommeil, mais il lutte, lutte, comme pour ne rien rater de la journée ! J’ai tout essayé : dodo dans sa chambre, dans son lit, ou la nacelle, au salon, donner de l’homéopathie, sans moi, avec moi, laisser pleurer en allant le voir toutes les cinq, dix minutes (pendant trois longues heures de combat… pendez-moi !), promener la poussette, avec lumière du jour, sans…

Au final, Monsieur daigne s’endormir de temps à autre, après une bonne heure de petits chouinages ponctués de réveils en sursaut en hurlant… mais au moins il y parvient tout seul ! Quand il trouve le sommeil je fais la danse de la Victoire (seulement dans me tête hein, déjà que j’ose à peine y croire et respirer !)

Le jour c'est plutôt... ça !

Le jour… c’est plutôt… ça !

Je l’aurai un jour !! Je l’aurai ! (ou pas…?)

Et vous, ça donne quoi ? vous avez des trucs pour les assommer les faire dormir ? (à part la vodka…;) )

Rendez-vous sur Hellocoton !